Flyering, un métier ingrat!

Distribuer des flyers, 3h par jour, 3 jours par semaine. Rien de très compliqué me direz-vous. Cependant, il faut une sacrée dose d’abnégation pour arriver à faire ce boulot. J’irais même jusqu’à dire que c’est un métier ingrat! Afin donc d’arrondir les fins de mois, je m’arme de courage et de mon plus beau sourire et me lance dans la rue à l’assaut des passants, afin de leur remettre la fameuse brochure de Noël!

Mais très rapidement je déchante. Différents types de passants te poussent à détester ce job : il y a ceux qui t’ignorent royalement et font comme s’ils ne t’avaient pas vu (alors que je suis bel et bien au milieu du chemin, de leur chemin), ceux qui te foncent dedans (par devant, ou derrière, un peu plus surprenant) car ils sont le nez dans leur portable, ceux qui te lâchent un pet immonde et puant en passant à tes côtés ou te soufflent leur fumée de cigarette dans la tronche, ceux qui ont peur de toi quand tu leur tends la brochure, ceux qui te répondent par une grimace de dégoût (quoi, elle est pas cool ma brochure?!), ceux qui t’écrasent les pieds avec au choix un vélo, une poussette, un skateboard ou un chariot, ceux qui te font une blague pourrie du genre tendre la main pour prendre la brochure et la retirer au dernier moment, ou ceux qui te l’arrachent carrément des mains (et le bras avec), ceux qui soufflent car c’est la deuxième fois qu’ils passent et que tu leur as déjà proposé avant (héhé, je ne suis pas physionomiste, et il y a tellement de monde qui défile), ceux qui s’arrêtent à côté de toi et tiennent un comité de famille. A tout ceux là : Je vous déteste!

Mais heureusement, il y a aussi ceux qui te rendent leur plus beau sourire, ceux qui te font un petit clin d’œil. Les plus surprenants sont ceux qui ont un regard de killer et qui finalement te décrochent un sourire à illuminer un ciel gris. Et même si tous ceux là ne prennent pas systématiquement la brochure, ce n’est pas grave, ils ont fait un signe!

Puis grâce à ce boulot, j’ai pu observer les gens sans vergogne. J’ai découvert des styles cool, me suis permis d’arrêter des gens pour leur demander d’où venait telle ou telle fringue. Et un petit hommage quand même à ce gentil monsieur, Tom, qui presque tous les jours venait taper 5 minutes de causette et m’amenait un coca!

Tags from the story
Written By

Le monde est petit, c'est pourquoi j'ai décidé d'en faire le tour! Le voyage, c'est aussi à travers les films, les livres, le théâtre, la nourriture et les découvertes en tout genre. Curieuse de nature, j'ai un vif intérêt pour l'art et la culture. Je visite régulièrement des expositions, salles de théâtre et de cinéma en quête de découvertes. Avide de lecture et gourmande de nature (dans les deux sens du terme), tous les moyens sont bons pour m'évader!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *