Fusée

La Clinic Orgasm Society a eu la chance en 2012 d’avoir été choisie pour représenter l’humanité dans le cadre d’un programme d’échange interculturel et artistique avec des extraterrestres (les « glöörghs ») sur la planète Gliese 581g/. Le cahier des charges de ce programme d’échange stipule une collaboration artistique entre les deux cultures à travers des workshops (mêlant différents medias), en vue d’élaborer une forme scénique originale et innovante…

Fusée s’inscrit dans un triptyque comprenant Blé et Pré, deux pièces jouées au Varia cette saison. Les trois œuvres, qui peuvent être vues séparément, explorent de manière originale les questions de normes et de différences au sens large.

Dans ce cadre, Fusée s’attarde particulièrement sur les émotions et les questionnements que suscite la rencontre avec « l’autre », ici les fameux glöörghs. D’abord impatients et curieux, les membres de l’équipage font rapidement face à des problèmes pratiques et des incompréhensions culturelles souvent drôles, qui flirtent avec l’absurde.

A force de statuts, de photos et de vidéos postés sur facebook et « fabriqués » sur le plateau en direct, le collectif interdisciplinaire parvient à créer la fiction d’un monde extraterrestre. Même si la volonté ne semble pas être de faire une critique des nouvelles technologies et des réseaux sociaux, mais plutôt de se les approprier pour en faire une nouvelle forme théâtrale, la révélation des trucages exécutés en scène remettent en question cette réalité inventée, et la nôtre du même coup. Il faut aussi ajouter l’importance de la création sonore qui donne encore plus de relief à ce monde fantastique.

On regrettera seulement que cette « hypermédiatisation », inhérente au concept même (par ailleurs très intéressant) de la pièce, crée une certaine distance avec les acteurs. Même si on est loin de s’ennuyer, grâce à ce qu’il se passe sur scène et à l’écran, il reste qu’il est difficile pour le spectateur de s’impliquer émotionnellement dans la représentation.

En tout cas, Fusée est une expérimentation intéressante de l’utilisation des réseaux sociaux comme outil de création théâtrale ainsi qu’une réflexion sur la rencontrede la différence et vous fera passer un sympathique moment sur une autre planète.

Du 25 septembre au 5 octobre à 20h30 à la Balsamine (Avenue Félix Marchal, 1, 1030 BRUXELLES).

Conception, direction artistique et mise en scène: Ludovic Barth et Mathylde Demarez

Assistant: Christophe Maison

Musique: Rodolphe Coster

Lumière: Marc Lhommel

Son: Benjamin Dandoy

Interprétation : Ludovic Barth, Rodolphe Coster, Mathylde Demarez, Gregory Duret, Eno Krojanker, Anne-Fleur Inizan.

Tarifs : De 4 à 14 euros.

Plus d’infos sur le site de La Balsamine.

Tags from the story
Written By

Diplômée en Arts du spectacle vivant (ULB), actuellement en master à l'INSAS (écriture), j'aime les chats, les bouquins, le théâtre et les muffins au chocolat (surtout ces derniers :) ).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *