Gérard Klein – Un gentleman

Au 23e siècle, Monsieur Sabanofoluli qui a reçu une éducation parfaite rencontre Mlle Louella dans une soirée. Il reste pantois devant cette jolie femme. Le jour d’après, il lui envoie des roses et commence un poème. Le troisième jour, elle lui propose de l’accompagner à une fête au sommet du Kilimandjaro. Trois semaines après, alors qu’ils sont sur un dirigeable, il lui annonce qu’il l’aime. Elle répond par un baiser. Cependant quand elle lui fait comprendre qu’elle a envie de lui, il recule et bafouille qu’ils ne se connaissent pas assez. Elle le gifle et s’en va.
 
Il la voit au bras d’autres hommes et se trouve très satisfait de ne pas être avec une femme sans éducation. Cependant, il ne mange plus et ne dort presque plus. Il est en train de sombrer dans la neurasthénie quand, à la réception d’un vieil ami, il rencontre un couple formé d’un homme et d’une femmequin. Premièrement choqué puisqu’on garde normalement sa femmequin chez soi, cela lui donne une idée : le lendemain, il téléphone à la société Leiber et ils se mettent d’accord : Si elle ne fait pas de sortie publique, il aura une femmequin ressemblant en tout point à Louella mais avec de bonnes manières.
 
Lorsque la femmequin arrive le livreur lui explique qu’il doit l’animer lui-même car elle s’attache à la personne qui l’anime. Très ému car elle ressemble exactement à Louella, il commence à lire le manuel et tombe sur un paragraphe. Il rougit, manque de défaillir… Les créateurs ont cherché le moyen de cacher cet interrupteur et ils ont choisit l’emplacement corporel féminin le plus secret qui soit.
 
Il ne pourra jamais activé sa femmequin, c’est un gentleman…
Petite nouvelle sans prétention, Gérard Klein a allié science et fiction, métal et chair, technologie et conventionnalisme avec brio. L’homme et la machine, tant de similitudes à travers les différences. Et vice versa…
Dans le recueil de nouvelles « Histoires comme si…« , de Gérard Klein, aux Nouvelles éditions Oswald (NéO).
Written By

I'm always curious about new things, I love learning and I'm a creative person. That means I need to use my creativity to feel good and happy. That's why I've created Culture Remains and my other website, Naïra.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *