Handball, hasard merveilleux et fabuleuses retrouvailles au Théâtre de Poche

handball
20H29 et 30 secondes, on court dans la boue du Bois de la Cambre. Allons-nous arriver à temps ? Les portes seront-elles fermées ? Va t-on trouver une place où l’on puisse bien entendre et bien voir ? 20H30 tapantes. On arrive en trombe et… on n’a pas compris. 

Incroyable mais vrai, c’est dans une salle presque vide que nous prenons place. On se demande si on est bien à l’heure, si le spectacle n’est pas annulé. Les lumières s’éteignent. Apparemment, nous sommes juste à temps. Une première pensée surgit dans notre esprit : et si c’était nul ? Et si l’absence de public était un signe de médiocrité ?

1h15 plus tard, alors que les applaudissements retentissent dans la salle, force est de constater qu’on n’a toujours pas compris.

Incompréhension et fascination

Mais qu’est ce qu’on n’a pas compris au juste ? Que cette pièce suscite si peu d’intérêt ? Oui, c’est bien ça qui nous étonne car, quand on se retrouve face au talent de la comédienne qui porte de manière magistrale cette pièce, on ne comprend pas comment un tel gâchis peut avoir lieu.

La pièce est pourtant célébrée, et à très juste titre, par le blog Mediapart, le Soir et la RTBF. Les avis sont unanimes, cette pièce et le message qu’elle transmet sont des petits bijoux. Alors, pourquoi le public n’est-il pas au rendez-vous ? On ne saura vous répondre mais on vous invite chaleureusement à vous découvrir cette pièce riche en émotions et tellement extraordinaire qu’elle ne peut être que vraie.

Handball

« Si je vous raconte toutes ces anecdotes… est-ce que vous me croyez ? »

C’est plus ou moins avec ces mots que l’incroyable histoire de Handball commence. Une histoire qui nous emporte dans une Algérie fraîchement indépendante que la famille juive de la comédienne fuit, laissant derrière elle l‘innocence de la jeune femme et une tante qui, bravant tous les interdits religieux et familiaux, décide de se marier avec un musulman. 50 ans plus tard, à l’occasion d’un match de handball, un hasard merveilleux réunira ces deux femmes. Conflits religieux, conflits familiaux, regrets et joie des retrouvailles, Handball nous fascine et nous emporte grâce aux texte drôle, léger de Jean-Christophe Dollé et à la mise en scène habile de Laurent Natrella.

Les liens qui nous (dés)unissent

On n’a pas compris le père autoritaire de l’actrice, presque bête et méchant, qui insulte et musèle sa fille. Le machisme latent qui hantent la plupart des croyances. On n’a pas compris ces joueuses de handball qui brandissent leur religion comme un étendard sans chercher à comprendre que c’est pourtant ce qui les unit. En fait, on n’a pas compris comment les religions mais surtout les traditions arrivent encore à séparer autant d’individus.

La pièce ne vous donnera bien évidemment pas la réponse à cette éternelle question mais vous apportera l’espoir que, par le plus merveilleux des hasards, les histoires se finissent bien. Handball est une magnifique ode à la famille et autres liens qui nous unissent et nous désunissent. Allez la voir, elle vous redonnera (un peu) espoir en l’humanité.

Non, décidément, on n’a pas compris comment cette histoire n’a pas touché un public plus large.
Et si vous voulez nous éclairer, foncez au Poche voir cette pièce attendrissante, drôle et (im)pertinente. Peut-être que l’un d’entre vous nous aidera à comprendre.

Handball
Au Théâtre de Poche
du 31 octobre au 18 novembre
A la Vénerie – Espace Delvaux Rue Gratès 3, 1170 Boitsfort
les 23, 24, 25 et 30 novembre et les 1er et 2 décembre

De: Jean-Christophe Dollé I Mise en scène: Laurent Natrella I Avec: ​Brigitte Guedj I Lumière: Elsa Revol I Costumes et accessoires: Dephine Brouard assistée de Mathis Brunet–Bahut I Création sonore: Dominique Bataille I Technicien de plateau : Arthur Chavaudret ou Anne Didon. Une Co-production de ZD Productions et Compagnie XENTéNA. Avec le soutien de la Spedidam, la SACD/Beaumarchais, Le Fonds de Dotation Les Partageurs. En partenariat avec La Vénerie, Centre Culturel de Watermael-Boitsfort.

Tags from the story
Written By

Laura, 28 ans, 1m55. Titulaire d'un diplôme loufoque : Sciences des religions et de la laïcité. Ecrit des articles non moins loufoques pour Culture Remains. Nourrit une passion pour M.I.A, le Théâtre de Poche, son chat, Edgar Allan Poe et les plantes carnivores. A toutes fins utiles, sachez qu'elle est très facilement corruptible si on lui offre à boire et à manger.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *