Hors-Champ – Théâtre National

Hors-champ emmène le spectateur dans un tourbillon étrange, déroutant et fascinant où les frontières s’effacent : la bulle privée se confond avec la bulle publique, les espaces deviennent troubles, les référents artistiques mouvants.

A la croisée des chemins entre Silent Hill de Christophe Gans, Mulholand Drive de David Lynch ou encore n’importe lequel des Hitchcock, Hors-Champ est un ovni hybride d’une esthétique parfaite, entre danse, jeu et vidéo, qui interroge le sens et les limites de la réalité.

Copy Sergine Laloux - Hors Champ 1

Lors d’un dîner organisé par Lise, l’un des invités va reconnaître le majordome, ancien tortionnaire. S’ensuivra une descente aux enfers cauchemardesque, où tous les repères sociaux vont voler en éclats pour nous donner à voir une « réalité hallucinatoire ». Les méandres de l’esprit des personnages, traités au travers d’un prisme où la diversité des points de vue égare et fascine, nous serons livrés, dans un climat de violence, d’angoisse, de mystère, où les déformations et les distorsions imposées au réel (le son, la lumière, les points de vue) pulvériseront les codes de la perception et nous égarerons un peu plus.

Poursuivant son travail de recherche sur l’imbrication de l’image filmée dans la chorégraphie, Michèle Noiret met en scène 5 danseurs et un caméraman dans une performance « danse-cinéma » troublante. Le spectateur se retrouve plongé dans un univers multidimensionnel, où lui sont offerts les corps qui dansent sur le plateau, la projection de ces corps saisies par les caméras, en direct ou en différé, ainsi que des prises de vue extérieures montées en studio. Ces points de vue génèrent de nouvelles réalités, et font naître un « hors champ » en brouillant les pistes et en troublant les perceptions.

Copy Sergine Laloux - Hors Champ 3

Les « réalités hallucinatoires » du monde qui nous entoure sont scrutées, examinées : un flot continu de données alphanumériques barde soudain de rouge le décor, comme pour souligner que les nouvelles technologies nous font perdre tout sens réel. Des images de violence, d’assassinats religieux – qui sonnent étrangement en cette semaine post-Charlie – s’enchaînent : est-ce là le véritable visage du Monde ? Est-ce un cauchemar, une hallucination ?

La chorégraphie est ici interdépendante de la scénographie, du son et de la lumière. L’espace de jeu des danseurs est surréaliste, une zone d’errance intense et déstabilisante, dans lequel les modules mobiles du décor redessinent en permanence le plateau, abolissant un repère de plus pour le spectateur. Les distorsions sonores et lumineuses et le recours à un son multi canaux finissent d’abolir les limitations scéniques habituelles, pour nous offrir un voyage unique dans un espace onirique sombre et tragique.

Une performance bouleversante portée par des danseurs d’une finesse et d’une élégance irréprochables. A voir sans plus tarder.

Hors-Champ
Du 14 au 17/01/2015 au Théâtre National

Durée du spectacle : 1h25

Scénario, mise en scène et chorégraphie : Michèle Noiret

Créé en collaboration avec : Juan Benitez, Filipe Lourenço, Isael Mata, Marielle Morales, Lise Vachon

Interprété par : Juan Benitez, David Drouard, Isael Mata, Marielle Morales, Lise Vachon

Collaboration artistique : Dominique Duszynski

Assistanat : Florence Augendre

Composition musicale originale : Todor Todoroff

Musiques : Bernard Hermann, Danger Mouse

Scénographie : Sabine Theunissen

Lumières : Xavier Lauwers

Costumes : Greta Goiris

 Plus d’informations sur le site du Théâtre National et sur le site de la Compagnie Michèle Noiret

Tags from the story
Written By

Curieuse, spontanée, enthousiaste et exigeante, j'aime aller au théâtre et j'aime raconter ce que j'y vois, que j'ai aimé ou pas!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *