I Don’t Know How She Does It

« Kate est mariée, a deux enfants et un job épuisant. Professionnelle jusqu’au bout des ongles, elle jongle avec un emploi du temps de ministre pour concilier son travail, l’éducation de ses enfants et sa vie de couple. »

Comme il fallait s’en douter, le film n’est ni une bonne ni une mauvaise surprise. Il est agréable à regarder mais pas tellement surprenant ou innovant par rapport à la bande-annonce, comme c’est trop souvent le cas à l’heure actuelle. Lancer l’idée de ne créer que les bandes-annonces serait d’ailleurs à méditer : moins de boulot pour les scénaristes, moins d’argent dépensé à tout-va et l’opportunité pour le spectateur de partir d’une série de scènes qui planteraient le décor pour développer l’histoire et son imagination – qui semble parfois s’être fait la malle au profit d’une Magic Box vers la sixième année d’existence – à sa guise… (By the way, n’y pensez même pas, j’appose d’ores et déjà un copyright sur cette brillante idée!).

Quoiqu’il en soit, la seule originalité (à savoir la distanciation créé par les pseudo-interview des personnages intercalées tout au long du film) aurait pu être pleine de potentiel si elle n’avait pas essentiellement véhiculé des idées manichéennes, stéréotypées ou sexistes. Parce que too much is te veel, il aurait mieux valu, selon moi, éviter certains excès!

Written By

I'm always curious about new things, I love learning and I'm a creative person. That means I need to use my creativity to feel good and happy. That's why I've created Culture Remains and my other website, Naïra.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *