IAM @ Festival des Libertés

Comme on dirait là-bas, chez eux, chez moi : « ils nous l’ont mise sévère » ce soir au Théâtre National.

Autant vous prévenir de suite que ce post ne sera pas objectif : IAM, je les aime, plus que les Clash, plus que les Ramones, plus que Johnny Cash, plus que Renaud, plus que Saez… c’est dire (oui, mes goûts musicaux sont hétéroclites)

Parce que j’aime leur discours, j’aime leurs idées, j’aime les valeurs qu’ils véhiculent. Parce qu’ils nous rappellent que nous ne sommes pas des consommateurs mais des citoyens. Et que c’est une responsabilité. Parce qu’ils refusent la fatalité, et rappellent que la véritable gangrène, ce sont les inégalités, les classes, les castes, et non les gens qui en souffrent. Parce qu’ils sonnent l’alarme quand, poussés par les difficultés et séduits par un discours trompeur, mes concitoyens donnent l’opportunité au racisme quotidien de gagner du terrain, et d’être banalisé dans la vie politique française, notamment dans le Sud. Parce qu’ils entendent leur art comme j’aimerais que ce soit plus souvent le cas : comme un engagement, une responsabilité, un porte-voix, un questionnement.

Parce que j’aime leur style, leur phrasé, leur plume, leur flow, leur diction. Parce qu’ensemble sur scène, ils emmènent le public en 3 minutes, parce que tout le monde groove, et reprend en cœur des lyrics pleins de sens et que si c’était une messe, celle-là serait vraiment humaniste et me donnerait la chair de poule. Parce que j’aime leurs rythmes, leurs voix, leurs mélodies. Parce qu’ils sont fiers de leurs valeurs, fidèles, intègres, et que ça leur donne la classe (sans porter du Giorgio Armani).

Parce qu’en 30 ans de carrière (et de succès), ils ont su éviter l’image gangsta rap capitaliste néo-conservateur, brassant les dollars et pétrissant les nénettes à poils, qu’ils sont les seuls à ma connaissance à faire du hip hop ET des chansons féministes (voir « Fruits de la rage » ou encore « Rap de droite »), qu’ils font ça comme si on était entre nous, un petit concert à la Belle de Mai, à la Fiesta des Sud, et que moi, ça me réchauffe le cœur.

Ce soir, nous avons eu droit à un très grand show : animations visuelles, jeux de lumières, hyper réglé mais en conservant « l’esprit de famille » propres aux Marseillais de IAM. En se mettant en scène avec humour Akhenaton, Imhotep, Khéops, Shurik’n et leurs acolytes ont littéralement mis le feu et interprété TOUTES LES CHANSONS qu’on avait tous envie d’entendre : Notre Dame Veille, Bouge la tête, L’Enfer, Revoir un printemps, La Saga, Dangereux, Nés sous la même étoile, Demain c’est loin mais aussi Petit frère, L’Ecole du micro d’argent, Les raisons de la colère, Je danse le MIA, Bad boys de Marseille, et bien sûr L’Empire du côté Obscur.

Parce qu’ils savent divertir et convaincre qu’un autre monde est possible, IAM est un très grand groupe. Parce que leur show fait monter la température et transforme une salle de trois étages en dancefloor en moins de deux morceaux, IAM est un très grand groupe. Et parce qu’IAM est un très grand groupe, je ne saurais trop que vous conseiller d’aller les voir.

SANS RANCONNER, COMME ON DIT CHEZ NOUS.

Le 25/10/2013 au Théâtre National

Tarifs : de 22€ à 33€

Durée du spectacle : 2h00

Pour plus d’infos sur le Festival des Libertés :http://www.festivaldeslibertes.be/2013/fase6?event=719&_Concert__Iam__#719

Pour plus d’infos sur IAM : http://www.iam.tm.fr/#

Tags from the story
Written By

Curieuse, spontanée, enthousiaste et exigeante, j'aime aller au théâtre et j'aime raconter ce que j'y vois, que j'ai aimé ou pas!

1 Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *