Interview exclusive de Gareth Evans: The Raid 2

Si vous aimez les films d’arts martiaux dans la tradition de Bruce Lee, Jacky Chan ou encore les Tsui Hark, ne ratez pas The Raid 2, le nouveau long métrage de Gareth Evans, diffusé en avant-première au Bifff (Brussels International Fantastic Film Festival) au mois d’avril.

Ce n’est que le 23 juillet que le deuxième opus de cette trilogie annoncée « THE RAID 2 » est sorti dans tous les cinémas de France et de Belgique.

L’occasion de revenir sur une interview menée en duplex Jakarta/Bruxelles avec le réalisateur du film: Gareth Evans. Le scénariste et réalisateur gallois n’a pas hésité à prendre son temps pour répondre à nos questions et nous expliquer le pourquoi du comment de son petit bijou d’action pour les férus de cascades.

Si vous souhaitez plus d’informations sur le scénario du deuxième opus d’une trilogie annoncée, je vous renvoie sur les sites de critiques de films car nous allons nous concentrer sur l’interview de Gareth Evans dans cet article.

Me trouvant en mission au Dour Festival au moment prévu pour l’interview, c’est Naïma, également présente au Bifff avec moi au mois d’Avril qui s’est chargée de l’interview.

Compte-rendu de l’interview en anglais via Skype de Gareth Evans 

Quelles ont été vos sources d’inspirations pour The Raid 1 et 2?

J’ai toujours été fan de films d’action et les cascades à la Jacky Chan m’ont toujours passionné (…) mais je me dois de citer John Woo dans les années nonante. Sa façon de filmer, les chorégraphies ainsi que les angles de caméra afin d’optimiser l’effet des cascades… c’est vraiment lui qui est ma source d’inspiration principale et qui m’a donné envie de réaliser un film comme le Raid.

Pensiez-vous déjà à un deuxième film au moment de tourner le premier Raid? (NB: Le premier Raid a également été diffusé au Bifff et il avait fait sensation alors que personne ne l’attendait vraiment!)

En réalité, le Raid 2 est celui que je comptais tourner au départ. Mais n’ayant pas le budget ni les soutiens nécessaires, j’ai dû limiter mon projet. C’est pour ça que pour le Raid 1, nous avons décidé de concentrer l’action du début à la fin dans un centre commercial. Nous n’avions pas les budgets pour les scènes en extérieur ou les cascades plus complexes ainsi que les poursuites en voiture. Ensuite, avec le succès rencontré par le Raid 1 qui est un film au budget assez modeste pour le genre, nous avons eu les financements nécessaires pour faire aboutir notre projet originel.

Est-ce que le film a été réalisé dès le départ avec l’optique d’être diffusé mondialement? Y-a-t-il des particularités pour le marché asiatique? Le Raid a été tourné en Indonésie avec des acteurs indonésiens alors que nous connaissons plus les films asiatiques coréens, chinois ou encore japonais? Avez-vous des anecdotes à ce propos?

Je dirais avant tout que ce film est universel et peut être apprécié par tous les publics. Après, il est vrai que des dialogues ou des blagues seront mieux comprises par le public indonésien voire asiatique. Sinon, en effet, j’ai une anecdote à propos du Raid 2: ce dernier a finalement été interdit par la censure en Indonésie.

Pourquoi l’interdiction du film en Indonésie alors que c’est un des plus grands projets cinématographiques de l’année?

Les réponses ne sont pas claires de la part du comité de censure indonésien mais on pense que c’est soit la violence trop importante de certaines scènes même si notre intuition nous indique que c’est plutôt le thème de la corruption, central dans le film, qui n’a pas beaucoup plu aux autorités indonésiennes… en tout cas, nous préférons penser que c’est pour cette raison. Mais de toute façon, il est disponible un peu partout sur le net et nous sommes sûrs que beaucoup d’Indonésiens auront la possibilité de le voir… vous savez, quand on interdit quelque chose… souvent, les gens ont encore plus envie de le voir.

Votre film a été diffusé au Bifff en avril et vous étiez présent à la projection. Qu’avez-vous pensé de l’ambiance pendant le film et du public belge? Serez-vous présent l’an prochain?

Je dois dire que l’ambiance du Bifff est exceptionnelle et que c’était vraiment génial de voir le public réagir de cette manière dans la salle. Par contre, je ne serai pas présent l’an prochain car je serai occupé sur le tournage d’un nouveau projet qui est un film d’horreur. Mais je pense que j’aurai encore l’occasion de me rendre en Belgique pour des éditions futures et j’espère que mes prochains films auront une aussi bonne réception par le public belge.

Voilà les principaux éléments de l’interview avec un Gareth Evans plutôt loquace malgré une panne de courant à Jakarta qui a compliqué les choses. Les réponses ne sont pas une traduction exacte des paroles de Gareth Evans, mais elles reflètent bien ce que Gareth Evans a exprimé sur son film qui a reçu de bonnes critiques dans les journaux spécialisés.

Si vous êtes fans d’action, foncez au cinéma voir THE RAID 2, un petit bijou d’action et d’arts-martiaux avec une scène presque mythique comme celle de la prison par exemple!

Un grand merci à Naïma pour l’interview et à Gareth Evans pour sa disponibilité.

Written By

"Follow the white rabbit..."

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *