Ivo Pogorelich, Piano

Le 04/04/2013 à l’Espace culturel Flagey

Avec : Ivo Pogorelich

Programme :

Frédéric Chopin, Sonate N°2 en si bémol mineur, op.35
Franz Liszt, Mephisto Valse N°1
Frédéric Chopin, Nocturne en do mineur, op48/1
Franz Liszt, Sonate en si mineur

Tarifs : de 17€ à 25€

Durée du spectacle : 1h30 min

Ivo Pogorelich est aujourd’hui un des rares pianistes qui dessine sa carrière en dehors des circuits imposés par le marketing international. Seul son art et la musique lui dictent le nombre de ses concerts. Né en 1958 à Belgrade, il part pour Moscou à l’âge de 12 ans au Conservatoire Tchaïkovski pour y approfondir son art, déjà acclamé en Croatie ». « En 1976, il commence à étudier avec la pianiste Aliza Kezerade, qui lui transmet la tradition de l’école Liszt-Siloti ; ils se marieront en 1980. Ivo Pogorelich remporte en 1978 la compétition Casagrande à Terni (Italie) et en 1980 le premier prix du concours musical international de Montréal, mais sa renommée date paradoxalement du prestigieux Concours international de piano Frédéric Chopin de Varsovie en 1980 : son élimination au deuxième tour provoque d’intenses controverses et la pianiste Martha Argerich, membre du jury, considérant qu’il s’agit d’un génie, démissionne de son poste et quitte la salle en signe de protestation ». « Depuis, il n’a pas déçu le public. Que ce soit au Carnegie Hall à New York ou au Musikverein à Vienne, à la Salle Pleyel, en récital ou avec orchestre…Ivo Pogorelich fait sensation dans toutes les grandes salles de concert du monde » « Il a enregistré pour Deutsche Grammophon des œuvres de Bach, Beethoven, Brahms, Chopin, Haydn, Liszt, Mozart, Mussorgsky, Prokofiev, Ravel, Scarlatti, Schumann, Scriabine et Tchaïkovsky.

En 2013, l’espace culturel Flagey fête son 75ème anniversaire. Construit en 1935 sur des plans de Joseph Diongre, pour accueillir la radio et la télévision publique, le bâtiment, à la croisée entre le Corbusier et l’école de Berlage, abrite 5 studios dont l’acoustique extraordinaire rivalise, parait-il, avec le Radio City Hall de New York. Le studio 4, grandiose, dispose de 900 places, et accueillait ce soir-là le concert donné par Ivo Pogorelich.

Le concert débuta par la sonate N°2 en si bémol mineur, op. 35, de Frédéric Chopin, dont le troisième mouvement dit « Marche funèbre » est sans nul doute le passage le plus célèbre. Bien connu pour sa maitrise technique exceptionnelle, Pogorelich était au rendez-vous, tant par la virtuosité de son interprétation que la richesse de la sonorité qu’il donnait à entendre.

Enchainant sur la première Mephisto-Valse de Liszt, Pogorelich impose sa patte : le tempo ralentit et donne à l’œuvre une dimension imposante, rendant le morceau plus agressif, menaçant, presque violent, transcendant sa passion, sa sensualité et ses effets dramatiques.

Le nocture N°13 en do mineur de Chopin est l’une des 21 courtes pièces pour piano seul composées par Fréderic Chopin entre 1827 et 1846, est la troisième œuvre exécutée ce soir. En 6’, Ivo Pogorelich donne à nouveau la mesure la mesure de son talent, avant de conclure le concert par la sonate en si mineur de Franz Liszt, l’un des morceaux les plus ardus techniquement dans le répertoire pour piano seul, tout en ombres et lumières et d’une grande difficulté d’interprétation, largement dominé par le maitre.

Conformément à sa réputation, les interprétations de Pogorelich ce soir-là reflétaient une réelle réflexion musicale sur la structure de l’œuvre, produisant des lectures toujours très personnelles, voire des redécouvertes. Accentuant le caractère expérimental et novateur, les contrastes des tempos et des intensités, s’autorisant une grande liberté de tempo au sein même de la phrase musicale, l’approche de Pogorelich pose la question de la place de l’interprète face à l’œuvre. D’une certaine manière, l’artiste remet en question l’idée de l’interprétation moderne, l’effacement de l’interprète comme double du compositeur, au profit d’une lecture subjective.

Acclamé pendant plus de 10 minutes à l’issue du concert, la légende Pogorelich se confirme…pour notre plus grand plaisir.

Pour plus d’infos sur le Cycle Piano de l’espace culturel Flagey, et sur la programmation de « Flagey 75 » : www.flagey.be

Prochaines dates à retenir pour le Cycle Piano de Flagey:

Prokofiev : War Sonatas par Stephane Ginsburgh – 17/04/2013
Beethoven Complete Sonatas par Jean-Bernard Pommier – 8 concerts entre le 26/05/2013 et le 15/10/2013

Written By

Curieuse, spontanée, enthousiaste et exigeante, j'aime aller au théâtre et j'aime raconter ce que j'y vois, que j'ai aimé ou pas!

1 Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *