J. Scott Campbell – Cendrillon

Dessinateur de BD américain, Campbell n’est plus vraiment à présenter et ses talents ne sont plus à vanter. Il a à son actif une kyrielle de dessins dont ceux qui illustrent notamment des ouvrages tels que G.I. JOE et Superman.

Toujours très sensuelles, ses œuvres ont une et une seule constante : la mise en exergue de la féminité et de ses formes généreuses. Certaines femmes pourraient se sentir « objetiser » par ce suggestif peu subtil voire s’en révolter mais il se trouve que notre avis est tout autre. Ces représentations sont plutôt autant d’odes à la femme et à l’affirmation de soi et de son corps. Au diable les vindictes féministes et les craintes maternelles sur l’image de la femme véhiculée dans ce genre d’album. Non seulement le sexe est déjà partout mais, en plus, ceux-ci sont généralement destinés à des lecteurs avertis.

Bref. Quand Kn… Euh Campbell (veuillez excuser l’influence « soupière ») se met à faire des calendriers représentant les diverses héroïnes des contes de fées (personnages désexualisés à outrance, comme on le sait), ça devient explosif. En voici justement un exemple : cette chère Cendrillon est esclavagée et croule sous les tâches ménagères. Qu’à cela ne tienne ! Être une souillon n’empêche pas d’être sexy et Campbell nous le prouve avec cette jeune blonde à la pose suggestive, la bouche en cœur, la robe plus que courte et le décolleté généreux. Et bien voilà ! Maintenant on comprend pourquoi le Prince n’a d’yeux que pour elle ! Non, parce que le chignon de Miss Rions (Cendre de son prénom) version Disney, il était tout de même un peu craignos, hein. Voire même ringard. Mais là, qui n’aurait décemment pas envie d’astiquer le parquet à sa place ? Par pure galanterie, bien sûr ! En outre, ses traits surs et soignés et sa colorisation nickel chrome achèvent de rendre ce croquis exquis !

Voilà donc une énième illustration de cette désacralisation actuelle que subissent les contes et le merveilleux. Il est fini le temps des idées naïves et pleines d’espoir. Les hommes ont perdus leurs illusions et se jouent de celles-ci. Ils en ont marre d’attendre le bonheur et les bisounours et n’hésitent pas à affirmer que oui, c’est la jungle mais qu’ils sont bien armés : les désillusions, ça coupe !

Comme toujours, la roue tourne et laisse place, ici, à un certain cynisme et un humour grinçant qui rafraichissent… Mais, attention, il vaut mieux rester attentif car elle ne va probablement pas s’arrêter en si bon chemin !

Tags from the story
Written By

I'm always curious about new things, I love learning and I'm a creative person. That means I need to use my creativity to feel good and happy. That's why I've created Culture Remains and my other website, Naïra.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *