Janvier, le pire mois de l’année : ressenti ou réalité ?

Janvier n’est pas un mois facile. Quand les fêtes de fin d’année sont finies, que le 31 décembre a cédé sa place au 1er janvier, on est face à un constat : la féérie, c’est terminé, l’ambiance de Noëll et tutti quanti, ça relève du passé pour un an. C’est donc le premier mois de l’année, le froid, le (trop) gris, le réaliste qui est en cours (…et dont on touche déjà à sa fin !).

Oui, il faut tenir ses résolutions à présent, ne pas laisser tomber. Et c’est la partie la plus compliquée : le quotidien. On dit que janvier est le mois le plus triste, voire le plus déprimant, de l’année. Et si c’était vrai ? Ou au contraire, si ça n’était qu’un leurre ?

La pluie : symbole de la réalité de janvier ? Le rappel du réel ?

Le Blue Monday

Ce lundi-là, c’est un jour pas comme les autres. En effet, on l’appelle comme ça parce qu’il serait le jour le plus déprimant de l’année, à plusieurs points de vue. Rien que ça !, direz-vous. Eh bien, oui ! Et on l’appelle le Blue Monday (ou le Lundi blues, en français). Il a eu lieu le 15 janvier, cette année. Ce jour n’a en fait rien pour lui, et accumule tout ce qu’on veut éviter pour passer une bonne journée,… pas une exceptionnelle journée, non… juste une bonne journée.

Il faut dire qu’il s’agit du mois de janvier. Janvier, c’est le mois de l’hiver, du froid par excellence et de la reprise du labeur pour un an (ou des aventures, si on est optimiste).

Equation du Blue Monday

Et il y a même une équation qui le prouve. Décryptage : le W correspond à « Weather » (météo), D-d à « Debt » (différence des dettes contractées à la période des fêtes avec la capacité effective de remboursement avant la prochaine paie), T est pour « Time« , ou temps écoulé depuis Noël, Q est le temps écoulé depuis nos résolutions du Nouvel An, M est le Manque de motivation, et Na retranscrit notre « besoin d’agir« . Sortez vos calculettes, le résultat est formel : le jour le plus déprimant de l’année, c’est donc bien le troisième lundi de janvier.

(Mais bien sûr, dans les faits, chacun en fait ce qu’il veut, de ce lundi-là !)

Ce qui a changé en 2018

Une année n’est pas l’autre, c’est clair. Et comme les temps évoluent, les moeurs et les lois suivent très logiquement. 2018 n’est pas 2017 mais sa suite… Voici donc ce qui a changé au lendemain de la Saint-Sylvestre (qui est déjà loin !) et que vous avez peut-être remarqué !

Départ sur les chapeaux de roues, puisqu’on a adapté la Loi transgenre. La procédure de changement de sexe dans les actes d’Etat civil est simplifiée. Désormais, la condition obligatoire de stérilisation est supprimée. Les conditions médicales pour le changement de prénom ainsi que la possibilité de s’opposer à un changement de sexe dans l’acte de naissance sont également annulées.

 

Du côté concret pour nos vieux jours :  le montant de la pension des personnes avec une pension minimum et une carrière de 45 ans est augmentée de 0,7%. Pour une personne isolée, elle s’élève désormais à 1.220,92 euros par mois.

Il y a par ailleurs un changement pour les indépendants, et pas des moindres, même s’il peut sembler – à juste titre – toujours insuffisant. Ces derniers ont, depuis ce 1er janvier, droit à une indemnité après deux semaines de maladie, au lieu d’un mois comme c’était le cas jusqu’alors. « La période de carence a donc été réduite et signifie tant pour les indépendants que pour les conjoints aidants le droit à une indemnité d’incapacité de travail« , nous explique le site belgium.be.

Au niveau de l’économie, et surtout de son côté fiscal, on a aussi revu la copie. L’exonération pour les intérêts des comptes d’épargne a été réduite de moitié. « En 2018, les intérêts des comptes d’épargne ne seront plus exemptés d’impôts jusqu’à 1.880 euros par personne mais bien jusqu’à 940 euros« , disent les représentants. A s’y fier, c’est peut-être là un bon point pour 2018.

Par contre, la taxe boursière augmente à nouveau : « En 2018, la taxe applicable aux opérations sur les actions et les obligations augmente à nouveau. La taxe sur les actions passe de 0,27 à 0,35%, celle sur les obligations de 0,09 à 0,12% ». Et, suite au tax shift, le salaire de tous les travailleurs en Belgique augmentera de 1,5% à 3% en 2018, ce qui reviendrait « à une hausse de salaire de 40 à 45 euros nets par mois« .

… Et bien d’autres changements quer vous pouvez retrouver ici !

Et vous, que pensez-vous du mois de janvier ?

Written By

Ancien étudiant en Sciences Politiques (ULB) Entre 2014 et 2016, gérant de L'étrier asbl. Depuis août 2016, président de Clap Culture, association désirant promouvoir la culture à travers les nouvelles créations, l'esprit citoyen et la conscience des enjeux de société à travers elle. Organisateur d'événements (Festival Mini-Classiques pour donner de la visibilité aux jeunes musiciens des différents Conservatoires ou d'ailleurs), journaliste, Réalisateur d'un projet radio de fiction "Les Pieds de l'Iris", suite d'histoires rocambolesques aux personnages à la trempe décalée sur fond de quartiers bruxellois.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.