Juke Box

Pour sa pièce de fin d’année, le TTO a décidé de proposer une écriture innovante en matière de théâtre à la manière du cadavre exquis. Chacun des 7 auteurs de Juke Box dont Laurence Bibot ou Sebastien Ministru a créé un des personnages et une partie du texte. Dominique Breda nommé en chef d’écriture pour s’assurer de la cohérence. Et Marie Paule Kumps pour mettre le point final. C’est ainsi que 7 personnages coincés dans un wagon de métro entre Porte de Namur et Louise le soir de réveillon apparaissent devant nous lorsque la lumière s’allume. Dans un premier temps, les personnages semblent un peu surjoués. Mais c’est aussi parce qu’on cherche instinctivement les ingrédients d’un huis-clos classique. Des relations et des alliances qui se font ou se défont. Des répliques et une histoire qui amènent les personnages à changer. Mais si vous allez regarder Juke Box, ce n’est pas du tout le point de vue à adopter. Car il s’agit ici d’une pièce décalée et surréaliste. Les répliques sont inattendues. La mise en scène signée Nathalie Ufner est dynamique et festive. Le jeu des protagonistes est très souligné et cela s’explique donc par le fait qu’ils sont quelque part le socle de la pièce. Une mention particulière pour le personnage interprété par le comédien talentueux Pierre Poucet, un chef d’unité psy néerlandophone fêtard et dragueur qui nous embarque dès les premières minutes. Stephane Fenocchi en bourgeois intellectuel coincé est tout aussi savoureux.

Une fois que le spectateur comprend qu’il se trouve dans une aventure surréaliste, tout prend un sens, tout coule de source. Il est alors aisé de se laisser porter par la pièce. Les dialogues sont appréciés à leur juste valeur. Entre jeux de mots et répliques décalées. Les comédiens les portent très bien aussi. Et c’est ainsi que la vieille clocharde devient Dalida le temps d’un fantasme, la comédienne éternelle ado rêve d’un fils qui fait du foot mais pour que les supporters viennent mettre à exécution leurs insultes dans son lit et la secrétaire médicale attend ses soirées pour s’adonner aux strip-teases. Et c’est joyeux et loufoque. Et c’est dansant aussi. Et ça donne envie de monter dans ce wagon de métro avec eux fêter le réveillon même si c’est avec une seule bouteille de mousseux et une morue. Un remède anti-déprime incontestable pour les fêtes de fin d’année!

Juke Box

Du 04/12 au 10/01 à 20h30 au Théâtre de la Toison d’or
Ecriture: Laurence Bibot, Dominique Bréda, Marie-Paule Kumps, Myriam Leroy, Riton Liebman, Sébastien Ministru, Alex Vizorek et Delphine Ysaye
Idée originale et mise en scène: Nathalie Uffner
Assistanat: Justine Géradon
Scénographie: Thibaut De Coster et Charly Kleinermann
Chorégraphies: Bruno Boubert
Création lumières: Alain Collet
Décor sonore: Laurent Beumier
Avec: Myriem Akheddiou, Julie Duroisin, Stéphane Fenocchi, Emmanuelle Matthieu, Aurelio Mergola, Bwanga Pilipili et Pierre Poucet

Plus d’infos sur le site du Théâtre de la Toison d’or

Tags from the story
,
Written By

Diplômée en communication en 2002 ( IHECS), j'ai depuis touché à de nombreuses disciplines artistiques. J'ai évolué longtemps dans le milieu musical en tant que chanteuse et j'ai réalisé 2 albums de pop française. Je suis auteur/compositeur des morceaux sur les 2 albums et écrit pour d’autres artistes. Je suis improvisatrice depuis 4 ans au sein d'une équipe fantastique et je suis des cours d'acting face caméra. Enfin, je me passionne pour le théâtre et je travaille actuellement en collectif sur 2 créations. C'est donc avec le plus grand respect et bien consciente du travail que cela représente que j'écris mes critiques. Je prends beaucoup de plaisir à découvrir de nouvelles pièces.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *