Juncker, un loup dans la bergerie ?

Mais où est passée l’Europe sociale ? C’est une question qui est souvent posée, sans que l’on ne sache trop comment on en est arrivé là, ni ce qu’est vraiment devenu le projet européen aujourd’hui. Et, surtout, pourquoi ses bras administratif et politique ne font rien pour empêcher ce glissement qui semble inéluctable ? En lisant Les courtiers du capitalisme, dont on vous a récemment parlé sur Culture Remains, on comprend mieux les logiques à partir desquelles fonctionnent les administrations européennes et leurs fonctionnaires, ce qui conduit à faire prédominer certains intérêts (privés) sur d’autres (publics).

Les courtiers du capitalisme

Avec Le loup dans la bergerie, sous-titré Jean-Claude Juncker, l’homme des paradis fiscaux placé à la tête de l’Europe, la députée européenne écologiste Eva Joly et la journaliste Guillemette Faure permettent également de mieux comprendre pourquoi le salut ne vient pas non plus des responsables politiques européens. Les auteures mènent une enquête à charge sur le parcours et les (non-)décisions de Jean-Claude Juncker, l’actuel président de la Commission européenne, ancien Premier ministre luxembourgeois… et ministre des finances, mais aussi ancien président de l’Eurogroupe. À ces nombreux postes, il a porté la transformation de la politique fiscale du Luxembourg, pays dont elles affirment qu’il s’est enrichi sur le dos de ses voisins européens, en se montrant peu regardant sur les arrangements fiscaux très « bienveillants » proposés par son administration, privant au passage les autres pays de recettes importantes, et empêchant une mise à jour des lois européennes qui serait défavorable à leurs intérêts.

Si ce que fait le Luxembourg n’est pas illégal, et que d’autres États membres ne sont pas en reste non plus, ce pays semble avoir poussé cette logique à son paroxysme. Comme il l’a affirmé en prenant les rênes de la Commission, l’ancien homme fort d’un paradis fiscal peut-il véritablement être celui qui transformera l’Europe en commençant par lutter contre l’évasion fiscale ? Pour les auteures, cela semble difficile à croire. Choix des plus grands pays, qui préfèrent un politicien issu d’un petit pays plutôt que de l’Allemagne ou de la France, par exemple, il représente un moindre mal, malgré les politiques qu’il a menées et orientées pendant deux décennies au Luxembourg et à l’échelle européenne.

Les auteures arrivent à expliquer avec clarté comment fonctionne ce système et permettent d’y voir plus clair sur des affaires récentes telles que Luxleaks ou les Panama Papers. Questions importantes mais assez peu abordées dans le débat public, sans doute de par leur technicité, la fiscalité et ses régulations sont ici expliquées en détail par des auteures qui en pointent les défauts et des dimensions qui semblent difficilement justifiables, au moins au plan moral. Loin d’être un livre s’opposant à l’Europe, il invite plutôt à la repenser, conviant les citoyens à se faire entendre et à agir pour faire advenir un projet européen plus conforme à leurs attentes. Il permet également de mieux comprendre pourquoi des lanceurs d’alerte sont poursuivis et condamnés au Luxembourg, mais aussi pourquoi l’Europe semble ne plus vraiment faire rêver.

Le Loup dans la bergerie, d’Eva Joly et Guillemette Faure, Les Arènes, 160 p., 15 €. ISBN : 9782352044697.

Tags from the story
Written By

Je n'aime pas parler de moi. Ce qui ne devrait pas être un problème vu que c'est peu probable que vous vouliez lire sur ce sujet. Par contre, j'aime bien écrire sur tout ce qui suscite ma curiosité, m'amuse ou m'interpelle. Parfois aussi les trucs que j'aime pas, pour vous mettre en garde, ou vous effrayer. Dur à dire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *