Keny Arkana

Appelez-la la marseillaise ! Dès 20h30, la petite Keny débarque avec sa fureur habituelle. Le début du concert offre au public, qui a, pour l’occasion, oublié l’interdiction de fumer, plusieurs chansons du nouvel album ‘Tout tourne autour du soleil’ de la rappeuse militante. Les spectateurs, dès l’entrée en scène, se montrent très enthousiastes même si beaucoup peinent à reprendre les lyrics encore jeunes de la contestataire. La première chanson terminée, Keny Arkana installe l’atmosphère. Ce soir, le public doit suivre une autre manière de (sur)vivre. La rappeuse semble, comme lors de ses précédents concerts belges, humaine et véritable.
Keny enchaîne et a, devant elle, près de 2000 personnes convaincues que le monde ne tourne pas rond, n’est pas le bon. Les basses vont bon train et les paroles se rythment autour de la guitare, la basse et les sons de DJ DRK qui offre, en milieu de spectacle, un show digne d’un championnat DMC de DJs. Les acolytes de la chanteuse sont nombreux et RPZ et Cédric alimentent également le flow. Après le rappel, Keny Arkana revient avec la rage, celle du peuple, qu’elle partage durant plus de dix minutes avec son public, toujours aussi chaud après près de deux heures de concert.
Cette version de sa chanson culte, un peu plus rock, enflamme la salle et la représentante d’un système différent en profite pour se jeter sur les bras qui se lèvent pour porter la voix de tant de gens qui ne se retrouvent plus dans le système imposé. DJ DRK met au défi le public bruxellois de porter la petite et légère (au point de vue physique uniquement) Keny jusqu’au poste technique à l’autre bout de la salle. Aller-retour sans difficultés puisque c’est le public qui a toujours porté le rap et donc, bien évidemment Keny Arkana. La rappeuse a compris, comme beaucoup d’autres choses, qu’il faut être proche de ses supporters. De plus, ses textes expriment le désespoir ou la rage que beaucoup de jeunes ont du mal à supporter.
Keny Arkana est un retour aux valeurs qui nous échappent dans un monde qui court trop vite et qui nous implantera des puces afin de contrôler les moins soumis. La rappeuse a, après avoir remercié tous les acteurs de cette excellente soirée, du mal à quitter ses fans, consciente sûrement, que les indignados, pour une partie, mettront ses beaux messages en application. Il est difficile de quitter une telle manifestation; celle qui permet de comprendre les raisons qui justifient l’expression ‘antisystème’.
Written By

Peintre, écrivain en bâtiments.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *