Korczak, la tête haute : une pièce touchante et empreinte d’humanité

Aborder le génocide juif sans tomber dans le sentimentalisme gratuit n’est pas une tâche facile pour l’homme de théâtre. Pourtant, Jean-Claude Idée y est arrivé. Il est parvenu à tenir un discours universel et touchant avec son dernier spectacle Korczak, la tête haute du 13 au 31 mars à la Comédie Claude Volter.

Un héros inspirant

L’histoire de Korczak est d’autant plus inspirante que ce médecin a réellement existé. Pédiatre, journaliste, écrivain ou encore psychopédagogue, Janusz Korczak fonda plusieurs orphelinats en Pologne, que ce soit pour des enfants catholiques ou juifs. Il est également à la tête d’une orphelinat à la campagne qu’il transforme en ferme autonome. Mais son action s’étend au-delà de son engagement à l’égard des mal-aimés de la société. En effet, fervent humaniste, il refuse de porter l’étoile de David et n’hésite pas à quitter le ghetto, faisant fi de l’interdiction en vigueur de quitter cette prison urbaine.

Malgré les multiples propositions de la Résistance pour le sauver, il s’entête dans son refus. Il accompagnera « ses » 200 enfants jusqu’aux chambres à gaz. C’était le 5 août 1942.

Un texte puissant

Jean-Claude Idée a imaginé son texte à partir du journal que tenait quotidiennement le docteur jusqu’à la veille de son départ pour Treblinka. Ces prises de notes ont été emmurées par l’une de ses collaboratrices, Maryna. Celle-ci, amie de Janusz, était responsable d’un orphelinat d’enfants catholiques situé hors du ghetto, également fondé par Korczak. Il lui confia son journal, de peur qu’il ne soit détruit par les Allemands. Il fut redécouvert en 1957 lors de la destruction du bâtiment.

Une simplicité porteuse de sens

Portée par une mise en scène classique, Jean-Claude Idée ne s’embrouille pas de détails superflus sur la scène. Une petite table, un lit, un petit rosier. Un décor épuré qui permet au spectateur de se concentrer sur les pensées de Janusz Korczak et ses échanges avec Esther et Stefania.

Un discours universel et intemporel

Ce n’est pas pour rien si les écrits de cet homme sont à la base de la Déclaration Universelle des Droits de l’Enfant. Ses idées sur l’enfance sont révolutionnaires pour l’époque. Il est l’un des premiers à s’attacher aux traumatismes des enfants. Pas étonnant qu’il ait inspiré Françoise Dolto.

Mais au-delà de ses idées en matière de psychologie, Korczak est un aussi un amoureux de l’humanité, qui a su se sacrifier au nom des principes qu’il a ardemment défendus.

 

Tags from the story
Written By

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.