Koryo

Je vais vous parler d’un jeu que j’ai beaucoup apprécié, à la fois par la richesse de son jeu et la simplicité de ses règles. Koryo est un jeu de cartes d’origine coréenne, édité par Moonster Games, et se déroulant dans un univers steampunk.

Avec des illustrations magnifiques et un design épuré, Koryo reste dans la gamme des jeux minimalistes d’origine asiatique, proposés par Moonster Games. Avec des règles assez simples, le jeu demande peu de temps d’apprentissage avant la partie, qui dure environ 15 à 30 minutes.

Concrètement comment ça se joue?

C’est très simple. Le jeu se divise en 9 manches et, à l’issue de la dernière, on comptera les points de victoire pour connaître le gagnant. A chaque manche, les joueurs piochent un nombre de cartes dans le tas. Celui-ci est divisé en 9 familles, numérotées de 1 à 9. Le chiffre sert à la fois à différencier chaque famille, à indiquer le nombre de cartes présentes dans cette famille, et à donner le nombre de points de victoire qu’elles rapportent à la fin de la partie. Chacune des familles a également une spécificité, un pouvoir conféré au joueur qui en détient la majorité.

tumblr_inline_my9dlzN62U1ssla63

A chaque manche donc, chacun des joueurs va piocher un certain nombre de cartes (dépendant de la manche en cours), et pourra en jouer autant qu’il le souhaite, mais d’une seule famille. Ensuite, les joueurs révéleront leurs cartes les uns après les autres, et appliqueront éventuellement un effet de majorité. Chacun conservera un nombre donné de cartes devant lui (également dépendant de la manche) et défaussera le reste, ainsi que sa main. Le nombre de cartes posées devant un joueur augmentera au fil de la partie, à mesure que les uns et les autres poseront des cartes de la même famille, pour assurer leur majorité, ou d’une famille différente, pour diversifier leurs pouvoirs.

Alors franchement, n’étant pas trop fan à la base des jeux minimalistes (c’est pas que j’aime pas, mais je préfère un bon gros jeu à thème bien fort), j’étais sceptique au début devant l’élan de popularité du jeu (les échos étaient unanimes sur Twitter, à la fois des joueurs, et des sites). Mais il faut admettre qu’après l’avoir testé, j’ai immédiatement voulu refaire une partie. Et puis plusieurs. Et ça m’arrive régulièrement. Donc j’ai fini par l’acheter.

Le jeu est à la fois simple et riche, les stratégies pouvant se mettre en place de plusieurs manières, la diplomatie prenant toute une dimension également (“veux-tu VRAIMENT me casser ma majorité et donner la victoire à X, ou plutôt lui pourrir une famille à la place, wink wink”). Le jeu étant simple par ses règles, il est tout à fait possible d’en faire un jeu apéro, sans trop de prise de tête, mais il est également possible d’y jouer en profondeur, en essayant de deviner les intentions des autres joueurs, en cassant leurs combos, en diversifiant ses possibilités, en négociant…

Et puis, c’est une petite boîte, pas trop chère, jolie, et à emporter très facilement en vacances, dans le tiroir de son bureau pour une pause midi entre collègues, ou encore à une petite soirée jeux improvisée. Un seul regret : ça ne se joue qu’à quatre. Mais sinon, vraiment très sympa!

En résumé, un petit jeu très malin et très joli, à la fois pour ceux qui aiment se détendre avec un petit jeu stratégique qui ne prend pas deux heures, ceux qui aiment un peu négocier, ceux qui aiment bluffer et deviner les intentions des autres, et enfin les amateurs de jeux minimalistes. Et tous ceux qui aiment le steampunk asiatique bien sûr!

Written By

Geek multi-classé, de la lecture au jeu de société, en passant par le ciné et le jeu de rôle. Je tiens ma chronique axée jeu de société et autres loisirs ici : http://vharnaud.tumblr.com/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *