La guerre des boutons

« 1960, un village dans le sud de la France. Une bande de garçons, âgés de 7 à 14 ans, menée par l’intrépide Lebrac, est en guerre contre les enfants du village voisin, leurs ennemis jurés. Une guerre sans merci, qui dure depuis des générations. On se bat pour l’honneur et la fidélité et, pour gagner, tous les moyens sont bons. Même, s’il le faut, combattre nu comme un ver, ou pire, accepter l’aide de Lanterne – une fille ! – la nouvelle recrue de la bande, pleine de panache et d’ingéniosité. Mais il n’est pas facile d’être une armée de petits hommes sans se faire attraper par Papa et Maman ! Quand, après la bataille, on rentre à la maison, les vêtements en lambeaux et des boutons en moins, mieux vaut se faire discret… »

Que dire de La guerre des boutons sinon qu’il serait grand temps que nous ouvrions enfin le livre qui nous attend sagement depuis tant d’années qu’il a tout simplement disparu sous la tonne de poussière? Impossible d’établir une quelconque comparaison et il semblerait que ce ne fut absolument pas l’intention du réalisateur Yann Samuel. Vous vous contenterez dès lors d’un avis dénudé d’analyse intertextuelle sur un film basé sur un chef-d’oeuvre français datant du début du 20e siècle.

Un avis qui tiendra en une ligne car si cette adaptation très libre est cocasse et très agréable et les acteurs plutôt bien choisis, il n’en reste pas moins que ce n’est clairement pas le film de l’année. Divertissant, donc, et sympathique mais loin d’être révolutionnaire ou transcendant. Tout simplement.

Written By

I'm always curious about new things, I love learning and I'm a creative person. That means I need to use my creativity to feel good and happy. That's why I've created Culture Remains and my other website, Naïra.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *