La revanche d’Ingrid : une pièce « tarantinesque » mixée à l’ambiance « Strip-Tease » (TTO)

Le Théâtre de la Toison d’Or nous a habitués depuis des années à être un lieu où des artistes de tout poil peuvent proposer au public leur création, leur spectacle. Pas de distinction de genre, de la nouveauté, de la nouveauté, et encore de la nouveauté : c’est son mot d’ordre. Et on est rarement déçu. On avait pu voir Croisière Coconuts ou Fish & Chips il y a quelques temps… on peut à présent aller se poser sur son siège et entrer dans l’ambiance d’un lieu, somme toute assez commun et répandu : une buvette d’un club de foot, de ses couacs et de tout ce qui s’y passe en conséquence. Du 31 janvier au 9 mars au Théâtre de la Toison d’Or.

Des buvettes, il y en a des millions et dans tous les pays du monde. Mais combien y en a-t-il gérées par une famille aussi loufoque ? Probablement très peu, et le public s’en rendra compte assez vite. C’est en tous les cas ce qui nous est raconté dans la pièce La revanche d’Ingrid.

Une partie des personnages hauts en couleur de La revanche d’Ingrid au TTO © D.R.

Une trentaine de comédiens et de comédiennes seront là, sur les planches pour le leur prouver, avec humour, dans cette peinture de la société, des relations intrafamiliales et individualistes, puisqu’un butin dont ils ignorent tout se cache quelque part dans le bâtiment. Ce lieu qu’ils connaissent si bien et pourtant si mal. Tensions à l’horizon.

Pas si basique que ça…

Des gens pas très fute-fute, comme on dit, il doit y en avoir dans toutes les familles ou presque. On a tous « un cousin qui est… », « une tante qui… », etc. Ça, c’est une évidence. Mais quand tous ces gens se retrouvent dans une même famille, c’est là que ça devient un tout petit peu… compliqué. Et on passe du basique à l’extra-ordinaire au sens littéral : à ce qui n’est pas ordinaire. Oui ! Aucun des personnages n’est là pour rattraper l’autre

Et quand ça traverse les générations, ce n’est pas une mince affaire. Dans La revanche d’Ingrid, on part de l’époque de la Seconde Guerre mondiale. C’est là qu’un butin a été caché, puis enfoui, et qui n’a de cesse d’intéresser les générations futures qui veulent savoir ce qu’il cache et surtout ce qu’ils peuvent en tirer en terme de profit !

« Le côté tarantinesque« , c’est-à-dire drôle, trash et parfois cynique, des personnages est un des fils rouges de la pièce, nous expliquent les membres de la troupe. « Mais il y a aussi un côté strip-tease« . Connaissant cette fameuse émission, qui a défié la chronique avec le film « Ni juge ni soumise« , on ne peut qu’être curieux de découvrir ce que cette pièce cache, ce que ces personnages manifestement pas commes les autres mais à la fois tout à fait ordinaires ont à nous dire et à nous montrer, les uns par rapport aux autres et par rapport à eux-mêmes, dans une mise en scène rapide qui surprendra le public.

Et de conclure : « L’équipe de Délivre-nous du mal et Purgatoire réunie à nouveau pour le meilleur et surtout, le rire ». Avis aux amateurs !

De Xavier Elsen, Alexis Goslain et Amélie Saye

Mise en scène Alexis Goslain

Assistanat Arnaud Van Parys

Avec Jean-François Breuer, Catherine Decrolier, Thomas Demarez, Julie Duroisin, Xavier Elsen et Amélie Saye

Tags from the story
Written By

Ancien étudiant en Sciences Politiques (ULB) Entre 2014 et 2016, gérant de L'étrier asbl. Depuis août 2016, président de Clap Culture, association désirant promouvoir la culture à travers les nouvelles créations, l'esprit citoyen et la conscience des enjeux de société à travers elle. Organisateur d'événements (Festival Mini-Classiques pour donner de la visibilité aux jeunes musiciens des différents Conservatoires ou d'ailleurs), journaliste, Réalisateur d'un projet radio de fiction "Les Pieds de l'Iris", suite d'histoires rocambolesques aux personnages à la trempe décalée sur fond de quartiers bruxellois.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.