La revue 2014, merci à Bernard Lefrancq

Le Théâtre des Galeries vous propose, le temps d’une soirée, de poser un regard savoureux sur les événements de l’année écoulée. La mécanique de cette rétrospective aux accents glamour s’articule autour d’une quarantaine de numéros (sketchs, danses, medley…) qui se succèdent à un rythme soutenu… Au programme pour une Revue savoureuse : une grosse portion d’ironie, une bonne part d’imitation, une généreuse dose d’humour avec un soupçon de charme et un zeste de paillettes. Voilà un menu de fête certes pas toujours facile à digérer pour nos politiques, mais concocté tout spécialement pour régaler le public. Pour les fêtes, la troupe de La Revue prépare encore une fois un spectacle destiné à se détendre, à rire et à se moquer de nos gouvernants. Une Revue au rythme vif et enlevé où la scénographie intègre un écran géant qui autorise l’insertion d’images vidéo.

Déjà deux ans que Richard Ruben a quitté la revue, et il semble difficile de lui trouver un remplaçant. Si l’an dernier Fabian Le Castel avait tenu la dragée haute, cette année on recommence à nouveau. C’est cette fois Olivier Laurent qui reprend le rôle du soliste/humoriste/imitateur. Et il faut bien avouer que ce n’est pas ça. Du point de vue de l’imitation, il n’y a rien à dire, l’homme est très fort à tel point qu’au moment d’entamer l’imitation du Plat Pays de Brel j’ai entendu “il fait du playback là non?”, c’est dire.

Mais dans les moments de comédie pure, là où le rôle d’humoriste doit transparaître, il faut bien dire que c’est fade. Les blagues sont entendues et le naturel n’est pas là. Ces moments de comédie ne sont malheureusement là que pour faire des “transitions” entre les imitations. Dommage.

Cependant, la Revue, ce n’est pas seulement une seule personne. Et à part cette demi déception (parce que faut dire qu’il imite vraiment bien le Olivier Laurent), le reste fait toujours plaisir. Si la première partie est un peu mollassonne, elle se termine en apothéose avec la tirade de Bernard Lefrancq, toujours aussi savoureuse. Je dois bien avouer que plus les années passent, plus je l’attends avec impatience.

La seconde partie démarre elle sur un meilleur rythme et on sent la troupe plus à l’aise sur cette partie-là. Retour de Bernard Lefrancq en ex-roi-régnant Albert II. Du coup, exit l’uniforme militaire et bonjour pull en velours. En tout cas, il faut de la glotte (vous comprendrez ce commentaire si vous allez aux galeries). Tatie Fabiole est également toujours présente et toujours aussi succulente.

Maria Del Rio est toujours splendide, et les textes retraçant l’année écoulée sont toujours aussi piquants. La bonne humeur est plus que jamais de mise et les fous rires ne sont jamais loin, dans le public comme sur scène. Bref, comme toujours, j’y retournerai l’année prochaine, c’est évident, et je vous invite à faire de même.

Du 04/12/2013 au 26/01/2014 au Théâtre Royal des Galeries.

Mise en scène : Bernard Lefrancq et David Michels.

Avec : Maria del Rio, Bernard Lefrancq, Marc De Roy, Angélique Leleux, Pierre Pigeolet, Anne Chantraine, Manon Hanseeuw, Maïté Van Deursen, Kylian Campbell, Frédéric Celini et Olivier Laurent.

Plus d’infos sur le site du Théâtre des Galeries.

Yan Weber

Written By

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *