La traduction a encore de longs jours paisibles devant elle

 D’aucuns seraient tenté d’utiliser les logiciels de traduction pour comprendre les textes ayant pour attribut premier la difficulté inhérente à une langue non maternelle. Dans certains cas, cela s’avère très utile, occasionnant un gain de temps substantiel. Dans d’autres, on a approximativement aucune autre alternative que « WTF » ou « plait-il? » (pour rester poli et francophonement compréhensible).

Voici quelques exemples assez plaisants:
La novela policiaca como la investigación en el Vaticano narrada en “El último Catón” de Matilde Asensi = Le roman policier que la recherche dans le Vatican a dit dans «The Last Cato» par Matilde Asensi.
Lady Odette Lamolle told with pleasure that she fell in love at first sight with Conrad, reading Lord Jim, when she was a young girl = La dame Odette Lamolle a dit avec le plaisir qu’elle est tombée amoureuse à première vue de Conrad, lisant Lord Jim, quand elle était une jeune fille.
In België krijgt hij onder de naam Jean Ray pas erkenning na de publicatie van een bloemlezing met zijn beste fantastische verhalen en griezelverhalen in 1961 = En Belgique, il a appelé Jean Ray jusqu’à ce que la reconnaissance après la publication d’une anthologie de ses meilleurs récits fantastiques et d’histoires d’horreur en 1961.
Et encore! Il y a pire.

Nous sommes donc encore condamnés à apprendre les langues étrangères susceptibles de nous intéresser si nous voulons rester au fait mondialement et culturellement parlant ou de nous référer aux traductions faites à notre égard, mais dans ce cas-là, d’y mettre le prix (ou la confiance).

Tags from the story
Written By

I'm always curious about new things, I love learning and I'm a creative person. That means I need to use my creativity to feel good and happy. That's why I've created Culture Remains and my other website, Naïra.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *