La vie c’est comme un arbre

« Le 17 février 1944, la Belgique conclut un accord bilatéral avec le Maroc établissant ainsi des facilités aux citoyens marocains pour immigrer vers la Belgique. Au même moment, dans un bar de Tanger, trois jeunes sans emploi, désabusés, broient du noir sur leur sort. Hassan, le tenancier aussi bonimenteur que magouilleur va leur fournir un contact pour du travail en Belgique. Commence alors l’Odyssée burlesque et délirante de notre trio de choc. Sur leur chemin, ils rencontreront une multitude de personnages aussi hilarants les uns que les autres. »

Dès le début du spectacle le décor est planté, il n’y en a pas. 3 chaises pour seul décor et malgré ça, le TTO tient encore une fois une pièce qui vaut plus que le détour ! Aux premières répliques, le ton est donné, il sera à la déconne, à la bonne humeur et aux jeux de mots. Ah oui, les jeux de mots, même à Tanger, il en pleut énormément ! Et ils sont tellement bien amenés que c’est un régal de bout en bout. Humour omniprésent dans les dialogues, Mohamed Allouchi et Rachid Hirchi nous rajoutent une dose de bonne humeur par une mise en scène vivante, rythmée et à plusieurs reprises… surprenante !

Une mise en scène tellement bien orchestrée qu’elle nous fait rapidement oublier l’absence de décor, sorte de symbole du matérialisme, ou plutôt de son absence pour ces marocains en quête d’un monde meilleur.. Le trio principal campe trois personnages aux caractères bien trempés offrant à la pièce un moteur central très attachant. La mayonnaise prend bien entre eux et donc forcément encore mieux avec nous. Et le terme « avec nous » n’est pas superflu, car avec un humour typé « les Nuls », il n’est pas rare que la mise en scène et les dialogues cassent les codes et prennent des libertés! En plus d’apporter un coup de fraîcheur au rythme général, il y a  ce côté « on joue avec vous, public » plutôt désopilant et… qui fait du bien ! Les autres personnages ne manquent pas de raz-el-hanout non plus : très stéréotypés et souvent remplis de clichés, les auteurs arrivent encore une fois à surprendre en amenant des personnages burlesques, vraiment drôles et encore une fois, très bien interprétés par les autres acteurs de la Compagnie des Voyageurs sans bagage.

Durant toute la pièce une chose est évidente, c’est le plaisir qu’ont pris les auteurs à écrire leur histoire. On ressent leurs influences, qu’elles proviennent de leurs origines, qu’ils n’ont pas peur de tourner en dérision toujours pour nous faire rire, ou encore de la culture pop’ touchant tour à tour le cinéma, la musique ou même l’actualité. C’est avec un plaisir non dissimulé qu’on découvre l’une ou l’autre référence au moment où l’on s’y attend le moins! Accessible à tous, bien écrite, avec un vrai humour parodique mais sans tomber dans le gras ou le vulgaire, la pièce n’a qu’un seul défaut, celui de nous faire passer une heure et demi sans que l’on ne s’en rende compte. Et puisque La vie c’est comme un arbre, on s’y installe, au pied, le temps d’une soirée, et on y passe un excellent moment du début à la fin… Sans aucun temps mort ni baisse d’humour.

Des moments théâtre comme ça, on en redemande !

Plus d’infos sur le site du TTO.

 Du 01/11 au 01/12/2012 au TTO, 396-398 Galeries de la Toison d’Or à 1050 Ixelles,  02/510 0 510

Les prix sont généralement ceux-ci: Adultes : 22€ – Etudiants : 10€ – Seniors : 20€

Ecriture et mise en scène : Mohamed Allouchi et Rachid Hirchi

Avec: Issam Akel, Mohamed Allouchi, Valeria Beccera en alternance avec Gaëlle Swann, Naura Darchambeau, Rachid Hirchi, Omar Meloul, Ilyas Mettioui, Mohamed Ouachen et Fionn Perry.

Written By

Directeur artistique en publicité, trop occupé à faire la publicité des autres pour en faire la sienne ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *