« Lady Whisky » de Joël Alessandra

Helen Arthur, à qui cet ouvrage est dédié, avait consacré sa vie à plusieurs causes humanitaires, au voyage et à la contemplation des endroits découverts qu’elle immortalisait dans ses somptueux croquis. Personnage atypique, elle avait construit sa réputation dans le monde de la distillation de whisky et avait dédié à ce spiritueux plusieurs livres qui lui ont valu une renommée et une nomination à vie au sein d’une confrérie et une guilde prestigieuses.

Dans un hommage qu’il a voulu lui rendre, Joël Alessandra nous plonge dans le monde atypique de la distillation du spiritueux aux origines lointaines et par la même occasion, nous fait voyager en Écosse et plus précisément sur l’île d’Islay.

L’histoire débute à la mort d’Helen Arthur. Endeuillé par la mort de son amie, son neveu par alliance découvre dans les carnets de croquis laissés par la défunte, son souhait de trouver l’ultime whisky qui viendrait compléter sa collection personnelle créée de son vivant. Pour son amie partie avant d’avoir eu le temps de réaliser ce rêve, le jeune homme se met en quête de ce whisky qui n’existe pas encore mais qu’il voudrait lui offrir, et se rend en Écosse où les connaissances et amis de sa tante disparue lui viendront en aide.

L’auteur nous embarque en Écosse sur l’île d’Islay et dans le monde du whisky où des distilleurs passionnés depuis des générations nous content l’origine du breuvage, en détaillant son processus de fabrication mais aussi la bonne manière de le déguster. Sur fond de paysages écossais, de poèmes gaéliques et de dégustation de haggis, il nous fait passer par les étapes élémentaires de la création de la boisson maltée. On y apprend la différence entre un “single malt”, un “blended malt”, un “blended whisky” ou un “single cask”… Et nous donne envie, par la même occasion, de la humer, cette différence !

La réussite du roman illustré réside sûrement dans sa capacité à nous plonger dans les paysages écossais grâce à la beauté des illustrations et de donner ainsi toute sa dimension, toute son âme à la boisson si prisée de ce pays. Il suffit de humer le parfum du spiritueux puissant, pour sentir le vent de l’Atlantique nous cingler le visage et l’iode nous chatouiller le nez. Véritablement plongés dans l’ambiance de l’île d’Islay, on aurait envie de réserver un vol pour aller y goûter les whiskies des distilleries de l’archipel, tout en admirant les paysages purement écossais.

Peut-être aurait-il été opportun de la part de l’auteur de glisser plus d’explications sur les aspects plus techniques de la distillation avec, par exemple, un lexique à l’appui. Il réussit néanmoins à nous donner envie d’en savoir plus. Le pari est gagné à partir du moment où nos sens sont réveillés et que nous prend l’envie de mettre notre nez dans un verre de whisky tout en nous sentant transportés vers les paysages écossais. En attendant d’en avoir l’occasion… il y a Lady Whisky !

 

Lady Whisky, de Joël Alessandra, Casterman, 2017, 141p, 22€. ISBN : 9782203120181

Tags from the story
Written By

Lectrice inassouvie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *