Lapin Lapin

«Un nouveau-né avec deux dents !!! … C’est un extra-terrestre !! » a dit la sage-femme. « Ce sera un génie ! » qu’il a fait le docteur. Moi j’ai dit : « On va l’appeler Lapin à cause de ses dents ». Et comme c’est déjà son nom de famille, il s’appellera comme ça : LAPIN LAPIN ! ». Bienvenue dans la famille Lapin ! Entre Mama qui tient toute la baraque, Papa qui est au chômage, leurs cinq enfants qui tentent de s’en sortir entre leurs idéaux et le quotidien, la voisine qui regarde la télé… ça cause, ça cause! Ça crie aussi, ça rit beaucoup et ça s’aime surtout, envers et contre tout. Alors quand l’un d’eux se retrouve en danger, tout ce petit monde va s’unir et mener une action rocambolesque de sauvetage. Avec les Lapin, on n’est jamais au bout de nos surprises…

Rien qu’à la lecture du pitch de départ, juste au-dessus, on sait qu’on ne va pas s’ennuyer une seule seconde en compagnie de cette famille Lapin imaginée par Coline Serreau ! Oh que non !

A moins de sortir de son terrier pour la première fois, difficile de ne pas avoir déjà entendu parlé de Coline Serreau auparavant. Artiste engagée et féministe, c’est par “Trois hommes et un couffin” qu’elle connaîtra le succès. Dénonciation du statut de femme dans une société machiste, de sa position dans une ère de parité avec les hommes, mais aussi tolérance interraciale, chômage, divorce, éclatement de famille ou encore excès de consommation: tels sont les thèmes chers à l’auteur.

Fortement tournée vers le 7ème art, elle n’en a pas pour autant oublié d’écrire quelques comédies faussement légères pour le 6ème. Sous ses airs burlesques, Lapin Lapin possède une vraie dénonciation : celle de la femme qui porte la culotte dans le couple, du mariage qui n’a plus les mêmes valeurs pour les nouvelles générations, du chômage grandissant qui pousse à l’idéalisation « aux beaux métiers » des parents envers leurs enfants, du pouvoir des médias sur les plus manipulables ou encore de la solitude de la vieillesse. Et que dire de l’influence de la science-fiction sur la jeunesse en cette fin de XXème Siècle, Lapin Lapin étant persuadé de ne pas être terrien…

D’une vie plus ou moins tenue à flot tel un vieux rafiot qui flotte encore (Chut ! Ne pas prononcer le mot lapin à bord, ça porte malheur!) au naufrage le plus complet, il n’y a qu’un bond. C’est tout ça et bien plus encore que Coline Serreau nous délivre au travers de sa modeste mais très riche famille Lapin.

La mise en scène de Magali Pinglaut reste sobre mais les quelques trouvailles de-ci de-là telles les baskets fluorescentes ou encore la télévision viennent offrir à la pièce une montée en rythme qui se conclura par un changement de décor très efficace ! Les acteurs sont quant à eux très agréables et bien castés. Mention spéciale pour Mama Lapin jouée par une excellente Pascale Oudot.

Alors, what’s up doc au Théâtre Le Public en ce moment ?

Eh bien, à moins d’avoir deux dents contre les pièces un rien vaudevillesques, voilà encore une pièce qui mérite grandement l’une de vos soirées !  Viens mon lapin, quand y en a pour quatre, y’en a moins pour onze, mais qu’est-ce qu’on se marre !

Lapin Lapin

Du 24/04 au 28/06/2014 au Théâtre Le Public, Rue Braemt 64-70, 1210 Bruxelles.

Texte: Coline Serreau

Mis en scène: Magali Pinglaut

Avec: François Binon, Benjamin Boutboul, Xavier Delacollette, Pascale Oudot, Gaëtan Lejeune, Lionel Liégeois, Jean Lognay, Pascale Oudot, Emilienne Tempels et Aylin Yay.

Durée du spectacle : 1h30

Tarifs : de 8 à 25€ & article 27

Plus d’infos sur le site du Théâtre Le Public

Written By

Directeur artistique en publicité, trop occupé à faire la publicité des autres pour en faire la sienne ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *