L’art de la simplicité – Dominique Loreau

L’auteur, inspirée de l’art de vivre zen, nous invite à enrichir nos intérieurs – foyer, corps et esprit. Vivre allégé implique selon Dominique Loreau d’observer certaines règles. Vous atteindrez le bien-être au moyen notamment d’un retour à l’essentiel, d’une certaine sobriété, d’une grâce absolue. L’ouvrage a retenu mon attention dès les premières pages tant la promesse qu’il porte m’est apparue douillette. Adieu cortèges incommodants de paroles regrettées, de pensées ressassées, d’habits et produits entassés ! L’art de la simplicité invite à la pleine conscience en toute occasion comme lors
  • d’une acquisition matérielle : Un homme est riche des choses dont il peut se passer – H. D. Thoreau ou L’argent est une énergie que nous laissons malheureusement fuir à cause du manque de lucidité causé par le mauvais contrôle de nos impulsions;
  • d’un acte posé : Tout faire avec style rend la vie infiniment plus riche ;
  • d’un échange : Le ciel nous a donné deux oreilles pour écouter et une bouche pour parler. Nous devrions donc écouter deux fois plus que parler ou Restez loyal envers les absents. Défendez-les. Vous gagnerez la confiance de ceux qui sont présents.

Les amateurs de citations ne seront pas déçus. La lecture s’agrémente en effet de paroles d’illustres personnages, tels Lao Tseu, Marc Aurèle, Épictète, Paulo Coelho, William Shakespeare, Jules Renard et bien d’autres encore.

Parmi les bémols regrettables, certains propos se contredisent (elle conseille notamment d’éviter l’alcool, mais préconise de remplacer les séances chez le psy par une caisse de Moët & Chandon) et les lignes sont minées de répétitions (l’auteur martèle). Néanmoins, je ne lui en tiens pas rigueur tant ce livre m’a fait du bien, quoi qu’aucune des affirmations ne soit fracassante.

En page 223, l’auteur cite Sénèque :  » il faut protéger ce soi, le défendre, l’armer, le respecter, l’honorer, le posséder, ne pas le quitter des yeux et ordonner toute sa vie autour de lui, c’est à son contact que l’on peut éprouver la plus grande et la seule joie qui soit légitime, sans fragilité, et permanente « . Ces mots résument assez fidèlement ce que je retiens de cette lecture.

Au demeurant, un appel au bon sens. À chacun d’y garder les pistes qu’il désire. Pour ma part, j’opte pour les conseils prodigués dans le domaine matériel. Ce chapitre a trouvé véritablement écho en moi et a dressé mes impulsions acquisitives. J’ai d’ailleurs, en moins d’une semaine de tri, fait profiter du tiers des objets encombrant mes armoires à d’autres. Indéniable sentiment de légèreté.  Lecture enrichissante : allégeons-nous tout simplement.
L’art de la simplicité, par Dominique Loreau, Marabout, 2013, 320 p. ISBN : 2501084861.
Tags from the story

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *