LaSemo, un festival à caractère unique

Bien que le festival existe depuis maintenant 10 ans, je n’avais pas encore eu l’opportunité de tester son ambiance particulière. Particulière comme de celle qu’on ne trouve nulle part ailleurs.

Transgénérationnelle, bon enfant, mais surtout respectueuse et confiante (ce n’est pas dans tous les festivals qu’on laisserait jouer ses enfants en les suivant distraitement du regard ou qu’on mettrait hamacs, canapés ou jeux à disposition de tous et sans surveillance), LaSemo n’est incontestablement pas un festival comme les autres.

Bien sûr, ce ne sont pas les plus grandes légendes qui s’y produisent, mais dans un sens ce n’en est que mieux : l’essence même du festival n’est-elle pas de découvrir ? De nouveaux groupes, des spectacles imprévus, des espaces atypiques et, parfois même, des gens improbables…

Qui plus est quel bonheur de ne pas être serrés comme des sardines, agglomérées devant la scène, la barrière rentrant dans le sternum. À LaSemo, on assiste aux concerts à la cool : assis dans l’herbe avec sa bière ou plus près de la scène à danser tranquillement. On ne se marche pas dessus et ça, ça fait du bien !

Notre premier jour était donc plutôt réussi : de concerts en spectacles, on ne voit pas le temps passer. Le programme est d’ailleurs fait de sorte qu’on puisse, tout le week-end durant, passer d’un spectacle à l’autre sans souci et assister à tous les shows ou presque.

On ne présente évidemment plus Asaf Avidan dont la voix est tout simplement à tomber par terre. Cocoon est définitivement à suivre si vous ne connaissez pas encore le groupe et Emeline a incontestablement le don de faire rire. Quant au Cabaret Coquin s’il n’est pas uniquement composé de striptease sexy, il mélange avec brio humour, musique, danse et performance ! À ne pas manquer, spécialement si vous avez toujours voulu voir un homme en string !

Bref, une première soirée bien remplie et qui annonce deux jours de festival plutôt prometteurs !

Si vous n’avez pas encore vos tickets, il en reste ici!!

Tags from the story
Written By

“I have always had more dread of a pen, a bottle of ink, and a sheet of paper than of a sword or pistol.” ― Alexandre Dumas, The Count of Monte Cristo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *