LaSemo : le festival durable et kids-friendly fête ses 10 ans !

Si la Belgique se distingue pour ses festivals de qualité, ceux-ci sont tellement nombreux qu’il n’est pas toujours facile de sélectionner ceux auxquels on désirerait assister. Bien sûr, une partie du choix se fait en fonction de la programmation mais, pour peu que vous n’ayez jamais mis les pieds au festival, rien ne vous permet de savoir si l’ambiance, l’infrastructure, les gens et les services proposés seront à la hauteur des groupes qu’ils présentent.

Personnellement, j’ai eu la chance de découvrir LaSemo  grâce à mon boulot précédent et j’ai appris qu’un festival avec des têtes d’affiche moins imposantes que Guns and Roses, Vitalic, Foo Fighters, Bastille, IAM ou 2manyDJ’s pouvaient, parfois, être beaucoup plus agréable et respirable que les gros festivals tentaculaires et bondés. On se fait vieux, comme dirait l’autre, et, en jeune trentenaire qui s’assume, les conglomérats de foule, les gens qui gerbent et pissent un partout et le brouhaha continu m’emballe, très bizarrement, un chouia moins.

Evidemment, ce n’est pas uniquement parce que je suis devenue une trentenaire chiante, blasée et qui tient un minimum à son confort que j’aime LaSemo. Outre sa programmation, son organisation, les valeurs développées et les activités secondaires m’ont plus que conquise ! Si quelqu’un m’avait dit qu’il y aurait un endroit pour jouer au Mölkky, un marché bio ou une zone zen où faire ma sieste entre deux concerts, j’avoue que j’aurais peut-être été dubitative. Ne va-t-on pas à un festival pour écouter de la musique ? Eh bien, en fait, non ! Enfin oui, mais pas que !

Voici donc 5 raisons pour lesquelles je vous conseille vivement de vous rendre à LaSemo :

  1. LaSemo est un festival qui se démarque particulièrement de par son côté chaleureux et humain.

Si vous aussi, vous êtes déjà arrivé à Werchter, Dour ou au Pukkelpop en vous disant « OMG WTF » (NDLR: ce qui signifie « je n’avais jamais imaginé qu’on puisse trouver une telle concentration de monde et de déchets dans un même endroit »), LaSemo est indéniablement le festival qu’il vous faut !

Bien qu’il y ait tous les ans de plus en plus de festivaliers, on ne ressent pas cette impression d’être coincé dans une boite à sardines… En outre, les festivaliers sont sympas, certains viennent en famille, d’autres entre potes, parfois plus pour l’ambiance ou les arts de rue que pour la musique. Bref, l’ambiance est incontestablement bon enfant !

2. Le Parc d’Enghien est un lieu splendide et LaSemo en fait un lieu presque magique et féerique à l’occasion du festival

Considéré comme l’un des plus beaux jardins d’Europe au 17e siècle, le parc est tout simplement classé au Patrimoine Majeur de Wallonie. LaSemo  profite donc d’un cadre exceptionnel pour installer ses quartiers et en prend définitivement soin. Toute la déco est généralement faite sur un thème, par les bénévoles et à partir de matériel de récupération. Cela donne naissance à un univers particulier et atypique mais le plus souvent charmant et très convivial.

3. Un programme diversifié et pas uniquement musical

Avec des noms tels que Asaf Avidan, Hooverphonic, Saule (dont on a parlé il y a peu sur Culture Remains) etc., la programmation musicale est certes  mise en avant mais la musique n’est certainement pas le seul art mis à l’honneur à LaSemo : théâtre, cinéma, arts de rue, art du cirque. Tous ont leur place et parmi ceux-ci des spectacles de qualité à ne rater sous aucun prétexte ! Je pense notamment à Voyage en bordure du bout du monde, un spectacle hilarant de l’incroyable compagnie Les trois points de suspension.

En outre, associations, créateurs artisans et d’autres organisations vous proposent ateliers, jeux et informations afin de découvrir comment, par exemple, faire des origamis, avoir un potager sur sa terrasse ou faire son propre savon !

4. LaSemo est kids-friendly mais pas pour autant un festival pour enfants

Que ceux qui n’ont pas encore de progéniture se rassurent : tout en étant très attentif à avoir une infrastructure et des lieux adaptés aux enfants, LaSemo n’est pas pour autant rempli de mouflets qui braillent de jour comme de nuit dans vos oreilles alors que vous avez la gueule de bois. Les espaces kids ont été intelligemment pensés et placés de sorte que les gros fêtards ne soient pas (trop) troublés par leur présence… Et inversement !

Parents, grands-parents et autres personnes dont la vie a été révolutionnée par l’arrivée d’un ou plusieurs enfants : pas de panique, non plus ! LaSemo n’est pas envahi de festivaliers complètement saouls qui se soulagent un peu partout sous les yeux ébahis de vos plus jeunes.

C’est peu être dur à croire mais pourtant : un équilibre très juste entre festivité et ambiance familiale se ressent dès qu’on passe les portes du festival. En outre, il n’y a pas un, ni deux mais trois campings : le camping festif, le camping famille et le camping calme, pour ceux qui n’ont pas envie de faire la fête jusqu’au début du jour mais n’ont pas forcément encore de famille non plus. Et pour couronner le tout ? Un spa pour vous ressourcer, quel que soit votre âge et le type de soirée que vous passez ! Quel luxe, non ?!

5. Des valeurs justes pour un festival durable et conscient du changement

Gobelets réutilisables, toilettes sèches, tri des déchets, alimentation et déco durable, éclairage économique, animations et sensibilisations pour les enfants comme les adultes à différents sujets liés à l’environnement, … Ce qui est sûr, c’est que LaSemo a bien mérité son label ISO 20121 (certifiant un management durable appliqué à l’événementiel). Le plus incroyable dans tout ça ?  C’est le seul événement belge à l’avoir !

Si vous n’êtes pas encore totalement décidé, le prix achèvera peut-être de vous convaincre : Le Pass trois jours coûte entre 79 et 85 euros (et des prix spéciaux sont évidemment proposés pour les enfants).

Rendez-vous, donc, à LaSemo les 7-8-9 juillet à Enghien !

Retrouvez toutes les informations pratiques sur LaSemo !

Tags from the story
Written By

I'm always curious about new things, I love learning and I'm a creative person. That means I need to use my creativity to feel good and happy. That's why I've created Culture Remains and my other website, Naïra.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *