Le bourgeois gentilhomme

« Le bourgeois Jourdain, avec ses rêves de grandeurs, offre bien du spectacle aux personnages qui l’entourent ! Il convoque maîtres d’armes, de danse, de musique et de philosophie pour faire siennes les belles manières des gentilshommes… et tenter de plaire à Madame la Marquise.  Mais ce brave homme danse comme une baleine, rime comme un butor, courtise comme un nigaud et fait de la prose sans le savoir. Alors bien sûr, tous, femmes, enfants, valet et gentilshommes se jouent de la naïveté ridicule de Jourdain…

«  Molière, Molière… mots d’hier, me direz-vous. Il est certitude, point de cette éloquence nous usons encore en cette époque. Bien compliqué alors d’être captivé par une pièce à la durée excédant les 2h dans ce langage passé. Ce serait aussi éprouvant qu’un film en sous-titrage sms.

Alors oui, le texte est respecté au vers près et peut-être que comme moi, avez-vous déjà eu l’occasion de voir le Bourgeois gentilhomme sur les planches auparavant pour tirer la conclusion certainement hâtive de « savoir à l’avance » ce à quoi vous allez assister. Et bien, je vous le dis, ne faite pas semblant d’être malade pour échapper à la pièce car celle-ci est tout bonnement exceptionnelle. Vous êtes méfiant à mon affirmation, je le sens, et je n’aurai pas besoin d’user de fourberies pour vous faire croire que cette version du Bourgeois gentilhomme est à ne pas manquer. Non, non, au contraire, il y a dans cette pièce ce qui se fait de mieux dans le théâtre.

A commencer par son approche très fraîche et décalée : ça danse, ça chante, ça surprend et ce, avant même l’ouverture du rideau. Au fil de ces 2h30 de spectacle, entracte compris, la mise en scène ne cessera de vous surprendre et il est difficile pour moi de vous en raconter les détails tellement ce serait vous enlever le plaisir d’une telle maestria scénique. Mais vous vous en doutez, pour que cette représentation du Bourgeois gentilhomme soit si bien, il faut aussi que les acteurs, les lumières et le son soient de haut vol. Il serait tartuffe de dire le contraire tellement tout est travaillé avec maitrise et créativité. Les acteurs sont impeccables et Michel Kacenelenbogen en bourgeois naïf nous montre une nouvelle fois l’étendu de son talent. Les lumières donnent à certaines scènes l’ambiance juste et la musique prend ici une vraie place. Lully remixé avec Pink Floyd, moi, j’en redemande !

Seules des personnes un peu précieuses et ridicules trouveraient à redire mais, pour moi, la vie de ce monsieur Jourdain est ici une belle démonstration de ce que peut être le très grand théâtre. Pour conclure, ne soyons pas avare en superlatif, cette pièce est juste exceptionnelle de mise en scène, très drôle, fidèle à Molière mais bien dans notre époque, rythmée, etc.

En six mots, immanquable pour les amoureux du théâtre !Diantre que Molière est drôle! Et la salle l’a bien compris, le salut final fut long à m’en faire tomber les doigts d’applaudir et les bravos furent à plusieures reprises ! Le Public se fait plaisir en nous proposant ce classique pourtant très contemporain, et quand on voit la programmation 2014, on n’a qu’une envie, prendre l’abonnement qui semble prometteur.

Messieurs, à moins d’être misanthrope, soyez Dom Juan et invitez madame à voir ce Bourgeois gentilhomme, si vieux et tellement dans notre époque. Un soufflet théâtral !

Du 09/05 au 29/06, début du spectacle à 20h30 au Théâtre Le Public.

De: Molière.Mise en scène : Serge Demoulin.

Avec: Michel Kacenelenbogen, Anne Sylvain, Babetida Sadjo, Maroine Amimi, Cédric Cerbara, Claire Beugnies, Grigory Collomb, Vincent Doms, Alexis Julémont, Agnieszka Ladomirska, Marvin Mariano, Quentin Minon et Réal Siellez.

Plus d’infos sur Le Public.

Tags from the story
Written By

Directeur artistique en publicité, trop occupé à faire la publicité des autres pour en faire la sienne ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *