Le rendez-vous des InkAddict

Ce week-end, c’était l‘International Tattoo Convention de Bruxelles. Cette année encore, beaucoup de très bons tatoueurs, de spectacles et beaucoup de monde!

Le tatouage est à la mode, et ça se sent très largement au sein de ce genre de convention. Une file à n’en plus finir à l’entrée et des allées parfois très surchargées. Mais quand on aime, on ne compte pas. Et malgré mon awkwardness sociale, j’ai énormément apprécié l’ambiance de cette convention. Et depuis l’année dernière, on sent vraiment la différence. Tour &Taxis a été aménagé de façon plus organisée. Les organisateurs avaient prévus le coup, et ont choisi un espace plus important. On pouvait donc circuler un peu plus facilement au sein des allées et surtout les spectacles se déroulaient tous au même endroit dans une salle assez spacieuse (l’année passée, une partie des spectacles se déroulaient au milieu des stands des tatoueurs).

12249847_1519329338378151_7625502651446029976_n12274222_1519329765044775_134495551613491890_n

© Douglas Linge, International Tattoo Brussels Convention. J’ai trouvé ma futur déco pour mon appart: le hula hoop et l’objet badass!

Cette année encore, pas mal de spectacles et concerts. Bien que cela donne une ambiance intéressante à la Convention, je dois vous avouer que ce n’est pas ce qui passionnent les visiteurs. J’ai entendu pas mal de personnes être justement déçues par certains spectacles. Par contre à mon grand regret, j’ai raté le freak show, mais j’avais une bonne excuse: je me faisais tatouer

IMG_20151115_182827

© Douglas Linge, International Tattoo Brussels Convention. Artiste: Knot du salon PopInk Tattoo

 

Et oui, je me suis laissée tenter, car à parcourir toutes ses allées, à voir tous ses dessins, je suis tombée amoureuse. Non pas d’une personne, mais d’un style. Le vendredi, j’ai découvert le dessin et heureusement pour moi j’y retournais le dimanche. Après un jour de réflexion, plus de doute, le dessin était tellement unique, tellement différent de ce que je vois d’habitude. Bref, le tatouage, c’est aussi des coups de cœur pour des artistes, et là plus de doute possible! Surtout que l’artiste, Knot, est basée à Marseille (pas la porte à côté) et c’est une ville où je ne vais jamais. C’était donc maintenant ou jamais!

Et d’ailleurs, le fait que la personne qui m’a tatouée est une femme m’a ramenée à ma question préférée: qu’en est-il des femmes au sein du milieu du tatouage?

Ne le cachons pas, les spectacles sont souvent un peu sexistes. Les hommes font du catch pendant que les femmes se battent dans l’eau. Bon allez, certaines crachent du feu en petite tenue. Mais après tout, tout cela reste du spectacle. Ce qui change et qui fait du bien, c’est que les femmes tatouent de plus en plus, et sortent justement du côté « girly » qu’on leur attribuait avant. Knot (ma tatoueuse) m’a d’ailleurs affirmé qu’elle n’avait jamais eu de problème à se faire une place dans le milieu, son sexe n’a donc eu aucune incidence. Et c’est ça qui fait du bien, hommes et femmes se font tatouer et hommes et femmes tatouent! Même si ces dernières sont encore moins présentes, elles prennent leur place. Par contre, on ne peut échapper aux réflexions  du type: « ah ce motif est trop beau mais tu ne trouves pas qu’il fait trop masculin? » dit une fille à son amie. Je lui aurai bien répondu: « Meuf, si tu l’aimes le motif fais-le, ne te demande pas si c’est masculin ou féminin! », mais en fait je n’ai rien dit, j’étais trop fatiguée!

Pour avoir plus d’informations sur la Convention, allez voir leur page facebook.

Pour finir, quelques photos d’artistes à l’œuvre et de personnes en souffrance:

12246818_1519329485044803_4503705814439047937_n12227073_1519328441711574_6997541976007709661_n12273534_1519329658378119_7770278644956270951_o

© Douglas Linge, International Tattoo Brussels Convention

Image à la Une: Tattoo réalisé par Greenpoint Tattoo,© Douglas Linge

Tags from the story
,
Written By

Passionnée par l'écriture, j'ai fait des études de journalisme et me voilà maintenant journaliste freelance et rédactrice (c'est un peu comme une vie de saltimbanque avec de la déontologie et un peu de sérieux en plus!). Parfois aussi je prends ma caméra et j'arrive même à en faire des reportages.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *