L’écume des jours : Quand la fantaisie de Gondry épouse la poésie de Vian

L’écume des jours de Michel Gondry est sorti dans les salles le 24 Avril. Ce petit ovni cinématographique prouve que seuls le cinéma et la fantaisie surréaliste de son réalisateur étaient propices à la traduction des images langagières, visuelles et surréelles de Boris Vian.

En 1946, Boris Vian publie son premier roman, L’écume des Jours, devenu l’œuvre culte de toute une génération. Une histoire d’amour intemporelle mais cruelle, d’une sublime simplicité :

Colin rencontre Chloé. Ils s’aiment. Ils se marient. Puis le drame et la maladie survient: Chloé a un nénuphar au poumon qui finira par la dévorer.

L’histoire est simple, et pourtant rarement l’Amour fou, impossible et physique n’y a été décrit de la sorte en littérature.

Génie avant-gardiste, l’œuvre de Boris Vian est débordante de musiques, de procédés d’écritures métaphoriques, d’inventivités lexicales, d’objets fantaisistes (le célèbre Pianocktail qui conjugue les plaisirs de l’alcool et de la musique) et d’images cinématographiques au point qu’on pensait le livre difficilement envisageable sur grand écran.

Gondry a toujours été influencé par l’univers surréaliste du poète qu’il a découvert lorsqu’il était adolescent :

La liberté de cette écriture qui crée des surprises à chaque instant a débloqué ma créativité.

Il signe une adaptation fidèle qui renvoie à sa première lecture du livre. Plutôt qu’intellectualisée, il en propose une approche enfantine et visuelle, bricolée et collée, entre rêve et réalité, effets spéciaux et carton-pâte qui ravira les jeunes spectateurs.

Héritier d’une famille de « Géo Trouvetout » (son père est l’inventeur du premier synthétiseur, Le Clavioline) Michel Gondry est lui aussi auteur et inventeur. Il a ainsi révolutionné et modernisé l’univers du clip en mêlant animation et prise de vues réelles où le mécanique et le vivant se mêle et donnant vie à des objets inertes (on se souvient en particulier, des magnifiques clips de Björk pour laquelle, il réalisera une dizaine de clips).

Cette adaptation cohérente et réussie, efficace et rythmée, qui épouse à merveille l’univers poétique de Vian, nous enchante par son inventivité et fourmille de mille et une idées pendant les 125 minutes que dure le film. On est ainsi heureux de retrouver son univers foutraque, artisanal et bricoleur qu’on avait tant aimé dans La science des rêves, Eternal sunshine and the spotless mind ou Soyez sympas, rembobinez.

Ainsi, Colin et Chloé amoureux sont sur leur petit nuage. Ce désir amoureux est signifié par un nuage, The little cloud, qui vole au dessus de Paris. Cette scène a été réalisé sans effets spéciaux : les acteurs ont ainsi été embarqués dans un manège de fête foraine suspendu au bout d’une grue à 25 mètres du sol.

Des petits plats (conçus par Bénédicte Charpiat, décoratrice – plasticienne, à partir de tissus, mousse et autres matériaux de récupération), aux décors, en passant par les voitures du film, tout est extravagant et délirant (à l’image de la LimoVian, la limousine transparente de Colin et Chloé, sorte de prototype hybride et rétro-futuriste fabriqué par Peugeot).

Le film réunit aussi un casting impressionnant dont les acteurs fétiches de Klapisch (Romain Duris et Aissa Maiga), la crème des acteurs comiques du moment (Omar Sy, Gad Elmaleh ou Alain Chabat), le Paris et l’actrice de Jean-Pierre Jeunet (Audrey Tautou).

Gondry (himself) apparaît dans le rôle du docteur Mangemanche, celui qui diagnostique la présence d’un nénuphar dans le poumon de Chloé et pas de doute, ce film fait du bien au moral ! L’écume des jours est une ode à l’amour, à prescrire sans modération, parce qu’un petit Vian, ça ne peut faire que du bien !

Written By

Atteinte de cinéphilie aiguë, Lorraine Lambinet, fille de projectionniste, a passé son enfance dans les salles obscures. Titulaire d'une Maîtrise Arts du Spectacle et Écrits Cinématographiques, elle a touché à tous les domaines du 7ème Art aussi bien à la programmation (Festival Quais du Polar, Courts du Polar), l'exploitation (Projectionniste), la réalisation (Assistante réalisatrice) ou la production (Assistante de production long-métrage ). Aujourd'hui, elle est Directrice d'un cinéma en région parisienne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *