Les faits divers, un art à part entière

Lorsque l’on prend le dernier livre d’Adrien Gingold en main, on comprend vite qu’il est de ceux que le lecteur dévore en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire ou, s’il arrive à se retenir, qu’il garde précieusement sur un coin de table, pour en consommer parcimonieusement le contenu durant des mois. Ce livre, compilation de titres de faits divers de l’année écoulée, paru juste avant les fêtes de fin d’année, sans doute pas innocemment, promet à ses lecteurs de se payer de bonnes tranches de rire. Encore faut-il apprécier le type d’humour qui peut se dégager des titres d’une presse qui ne fait pas dans la dentelle pour retenir l’attention. A défaut, l’ouvrage peut aussi servir d’argumentaire illustré sur lequel appuyer sa critique d’une société en pleine déliquescence où les médias et le manque d’éducation se combinent pour… Bref, s’il est clair que le lecteur ne peut s’empêcher de penser à ce dont ces faits divers et leur mise en discours médiatique sont le reflet, ce tout petit livre très visuel reste avant tout à classer dans la catégorie humour ; à partager entre copains ou, plus dangereusement, en famille, lors d’une soirée de réveillon qui s’essouffle. Effet garanti, mais pas toujours dans la subtilité.

Le succès est déjà au rendez-vous pour ce condensé d’absurdités et d’insanités qui est rapidement devenu la nouveauté la plus vendue dans la catégorie Humour sur une plateforme commerciale bien connue. Le livre, paru il y a seulement deux semaines en est déjà à… sa deuxième édition. Si vous aimez le genre, vous apprendrez avec joie qu’avant de composer cette anthologie, l’auteur listait déjà (et il continue à le faire), avec Giulio Callegari, des titres de faits divers pour le moins interpellants sur un tumblr intitulé à juste titre.

Et c'est pas les pires...
Et il y a pire…

Toutes les perversions et bizarreries possibles et imaginables y trouvent une place. Il y en a pour tous les goûts : imprudences (« Il se tue en voulant démontrer que les pistolets sont sans dangers »), sexe (« Il se masturbe devant une commerçante et revient lui demander un stage »), ivresse (« Ivre, il essaye d’aider un alligator à traverser la route »), folie (« Le détenu se prend pour un crabe et se bat avec ses geôliers »), violence (« Son colocataire lui pique sa cuisse de poulet, il le tue »), accidents (« Elle met le feu à sa maison en tentant de tuer une araignée »), et ainsi de suite. Pas de jolies histoires attendrissantes qui réveillent votre foi en l’humanité, mais 136 petites tranches de vie malgré tout, et réelles qui plus est, si l’on en croit les médias. Vous pouvez faire le test sur votre moteur de recherche favori, si vous vous demandez également, l’espace d’un instant, si l’auteur n’a pas tout simplement tout inventé. Une fois rassurés sur ce point, vous pourrez même en profiter pour en savoir plus sur les détails de ces événements invraisemblables… qui ont ensuite fait l’actualité, suite à un traitement journalistique rigoureux et professionnel.

Le Tout va bien par Adrien Gingold, Le Tripode, 144 p., 9,90 €, paru le 27 novembre 2014.

Tags from the story
Written By

Je n'aime pas parler de moi. Ce qui ne devrait pas être un problème vu que c'est peu probable que vous vouliez lire sur ce sujet. Par contre, j'aime bien écrire sur tout ce qui suscite ma curiosité, m'amuse ou m'interpelle. Parfois aussi les trucs que j'aime pas, pour vous mettre en garde, ou vous effrayer. Dur à dire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *