Les petits mouchoirs

« A la suite d’un événement bouleversant, une bande de copains décide, malgré tout, de partir en vacances au bord de la mer comme chaque année. Leur amitié, leurs certitudes, leur culpabilité, leurs amours en seront ébranlés. Ils vont enfin devoir lever les « petits mouchoirs » qu’ils ont posés sur leurs secrets et leurs mensonges. »

Encore une critique passée à la trappe par faute de temps présumée mais qui mérite pourtant d’être faite! Un film plutôt long mais aucune faute de timing! Les scènes se succèdent tranquillement comme sur un long fleuve sans se bousculer ou crier brusquement gare et on en remercie Guillaume Canet. Toutefois les personnages sont parfois mal travaillés. Certains trop émouvants, d’autres bien trop rébarbatifs, quelques-uns, encore, sont insuffisamment creusés ou développés. Le naturel rythmique est alors gâché par le non-naturel psychologique et si bons mots, quiproquos, touches de sentimentalisme, humour, beauté du paysage et acteurs de qualité font passer la pilule, le raz-de-marée pathétique de la fin est impossible à éponger, même avec une tonne de petits mouchoirs. Et les catastrophes naturelles, ça pardonne pas. Ainsi, ces faux pas font du film une petite histoire sympathique et divertissante, sans plus. Nice try but try again!
Written By

I'm always curious about new things, I love learning and I'm a creative person. That means I need to use my creativity to feel good and happy. That's why I've created Culture Remains and my other website, Naïra.

3 Comments

  • Je l’ai vu en décembre et j’ai vraiment beaucoup aimé ! Ça m’a rappelé mes vacances sur le Bassin où je vais avec des amis tous les ans, en moins dramatique quand même ! 🙂

  • Comme beaucoup de films, finalement, Niënor, je pense. La propagande est devenu le mal du siècle! Achetez, achetez, achetez!

    Frankie, je vois tout à fait ce que tu veux dire! Tout le monde à son petit coin de vacances tranquille, même quand on aime voyager et visiter les quatre coins du monde. Le farniente n’est pas le pire des vices comme on a cherché à nous faire croire avec l’oisiveté. se déconnecter de temps en temps est nécessaire dans ce monde de fou!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *