Lune et l’autre: tentative à la Miyazaki

Un pitch plus que tentant pour cette parution toute récente chez Casterman. Une prostituée, Risa, s’enfuit après avoir poignardé son mac. En rue, elle bouscule un architecte qui se retrouve avec son portefeuille. Lui, c’est l’homme foireux de notre siècle, celui qui plante sa femme enceinte parce qu’il n’a pas les co****** d’assumer ses responsabilités. Dans sa fuite, Risa croise la route d’une étrange petite fille, seule, qu’elle prendra sous son aile.

Balade dans et hors d’un Tokyo empreint de magie, magie ancestrale. Balade entre rêve et réalité, vie et mort. A la croisée de trois solitudes, en pleine introspection puis renouveau. Une belle histoire, un rythme agréable mais un scénario pas forcément toujours très clair. De fait, à être baladés entre la magie et la réalité, on se perd un peu. Je n’ai finalement pas vraiment compris l’intégralité du récit, voire l’intention narrative de l’auteur.

On doit cet ouvrage au jeune Gabriel Germain. En début de parcours certes, mais parcours prometteur. Après l’illustration de Brouillard au Pont de Bihac avec l’auteur Jean-Hughes Oppel, il sort du noir et blanc et de son jeu clair-obscur. Proche d’un manga européanisé, Lune et l’autre n’est pas sans rappeler l’univers graphique de Miyazaki et offre donc une identité visuelle faite de douceur. Gabriel Germain a trouvé l’aide du scénariste Olivier Bocquet pour la réalisation de ce premier volume personnel.

Plus d’infos sur le site des éditions Casterman.

Tags from the story
Written By

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *