Macarons et Meringues

Bon. J’aimerai profiter de cet article pour lancer un petit coup de gueule. C’est parti mon kiki. Cher Printemps,Je ne sais pas si tu es au courant mais notre année est composée de 4 saisons. Allez, je t’aide un peu, je te les cite : Automne, Hiver, Printemps, Eté. Vous êtes donc 4 et vous vous tournez tous les 3 mois, tu vois c’est pas compliqué. Je récapitule, après l’Hiver, vient le Printemps : toi, donc. Et tu sais quoi ? Tu étais sensé arriver le 21 mars. Donc, je n’aimerai pas être désagréable ou te mettre la pression mais je serai toi, je rappliquerai fissa. Même moi, éternelle retardataire, je n’arrive pas autant à la bourre, c’est dire.

Tous ces couples qui doivent se former, toutes ces fleurs en attente d’éclosion, tous ces piqueniques sur l’herbe manqués, ces vacances de Pâques gâchées, ces régimes sur le point de commencer : non mais, t’as pas honte ?

Mais surtout – et vous verrez alors le but de cette petite tirade – tant que l’Hiver continue, moi je continue de m’empiffrer de sucreries en tout genre. Comprends-moi bien, c’était marrant pendant 3 mois mais maintenant c’est plus gérable. Donc pour le bien de tous ici, et surtout de ma balance, tu vas retrousser tes manches, dire à l’Hiver de se casser dans l’hémisphère sud car c’est là qu’on l’attend avec impatience j’en suis sûre. Casse lui la gueule à coups de giboulées s’il le faut.

En attendant, j’espère que t’es fier de toi, me voilà future diabétique. Et puisque tu ne sembles pas sortir de ton sommeil, je me suis essayée à la confection des macarons.

Parlons-en de ces macarons : petits, colorés, aux goûts variés, ils ont à priori tout pour plaire aux ventres sur pattes comme moi. Oui mais. Les macarons ont pour réputation d’être chers (et un peu prétentieux) et compliqués à préparer, ceci expliquant cela.

Alors que penser de ce petit Kit « Macarons et Meringues » des éditions Hachette ? Tout de rose vêtu, il s’adresse, il me semble, à un public bien « girly » et qui l’assume (on commencera le débat sur l’association de ces couleurs à la gente féminine un autre jour). Il contient, en plus d’un livre de 33 recettes, 20 poches à douilles jetables avec 2 embouts, une corne à pâtisserie pour « macaronner » et un petit tamis. Bref, un kit de départ assez sympathique pour le néophyte du macaron.

Le livre est assez bien pensé avec en première partie les fiches techniques et ensuite les recettes réparties en thèmes (parfumés, originaux, à l’ancienne) et dotées d’informations et d’intitulés clairs. Il faut noter que le kit s’appelle « Macarons et meringues », ce qui implique des macarons, meringues et des desserts qui les incorporent. Les recettes se déclinent au sucré comme au salé donc de ce côté-là, rien à craindre, vous êtes surs de faire des créations originales.

Les recettes sont assez courtes car elles sont souvent associées à des techniques développées dans la première partie du livre. En conséquence, beaucoup de renvois aux pages précédentes et des recettes assez concises. Ces nombreux allers retours entre la recette et le début du livre m’ont un peu agacée mais force est de reconnaître que cela allège le texte et le rend peut-être plus agréable à lire. Pour les photos, rien à dire, elles sont jolies et donnent vraiment envie de se lancer dans la confection de ces macarons et des meringues, ce que j’ai fait bien entendu par gourmandise et par défi : après tout, n’ont-ils pas la réputation d’être horriblement durs à faire ?
Honnêtement, j’étais un peu sceptique au départ, la recette des « Macarons cappucino » ne s’annonçait pas facile et après coup, je ne peux pas dire que c’était une victoire ultime. Jugez par vous-mêmes :

Macarons et Meringues
Les petits macarons parfaits
macarons monstrueux
Les petits macarons monstrueux

Alors j’en vois rire dans les coins, rigolez, la bave du crapaud n’atteint pas la gourmande colombe !

Disons que pour un premier essai, je m’en sors pas trop mal car, au final, le seul bémol vient de la pâte, trop liquide des macarons. Erreur humaine ou de la recette ? Un peu des deux puisque la technique me disait de « macaronner » (entendez écraser la pâte contre les parois du bol pour la rendre liquide) peut-être n’était-ce pas nécessaire de le faire à outrance. En ce qui concerne les accessoires, je regrette que les poches soient jetables et que les embouts soient en plastique mais bon, si vous voulez des ustensiles de qualité et durables, Bruxelles regorge de boutiques de cuisine.

En somme, si vous une fana des macarons, meringues et autres petites gourmandises sophistiquées, ce kit devrait vous plaire car il propose des recettes inédites – comme le Macaron au gingembre et au potiron – et reste assez accessible : pas de mots trop techniques, pas de textes surchargés, des vidéos accessibles en ligne. Tout est pensé pour le débutant et c’est plus mal comme ça !

Mon petit massacre de macarons ne doit pas vous arrêter, sur le plan esthétique je m’avoue vaincue mais sur le plan culinaire : ils restaient très savoureux, vous voyez tout n’est pas perdu ! J’aurai tendance à dire : si je peux le faire, tout me londe peut le faire mais il faudra quand même vous armer de patience : la science des macarons est précise et pointilleuse !

Pour finir, je citerai une des amies : « Ces macarons sont plus bons à manger qu’à regarder ». Après tout c’est vrai, pourquoi faut-il limiter le macaron à sa beauté ? Je vous laisse sur ces considérations philosophiques, je retourne aux fourneaux : ces petits macarons je vais vous les dompter !

Plus d’informations sur le site d’Hachette.

Tags from the story
Written By

Laura, 28 ans, 1m55. Titulaire d'un diplôme loufoque : Sciences des religions et de la laïcité. Ecrit des articles non moins loufoques pour Culture Remains. Nourrit une passion pour M.I.A, le Théâtre de Poche, son chat, Edgar Allan Poe et les plantes carnivores. A toutes fins utiles, sachez qu'elle est très facilement corruptible si on lui offre à boire et à manger.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *