Mais si, maman, je t’assure, je lis mon livre!

Révolution dans le monde du livre avec un tout nouveau format papier (parce que malgré tablettes et e-books, le papier n’est pas encore obsolète): les éditions Point Deux ont lancé ce 14 avril un livre de poche (12 x 8 cm) au mode de lecture pour le moins original: vertical.
Voyez plutôt:
D’après nos informations, seulement 9 titres sont sur le marché actuellement au prix approximatif de 10 euros… Pas vraiment moins cher que les livres de poche classiques, ce mode de lecture, qui rappelle curieusement les premiers livres, les rouleaux de papyrus, sera-t-il plébiscité par le public ?
Un peu d’Histoire pour ceux qui veulent :
Les rouleaux de papyrus keskessé?
Ceux-ci étaient appelés rotulus ou volumen en latin (ce qui, je vous le donne en mille, a donné le mot « volume » en français) et, déroulés, mesuraient généralement moins de cinq mètres. Leur origine est évidemment égyptienne. Un travail fastidieux qu’était la création de ces rouleaux : des rubans découpés dans la moelle de la plante étaient assemblés en feuillets qu’on collait ensuite les uns aux autres. Aux deux extrémités, des baguettes soutenaient les bords et permettaient d’enrouler le livre, dans un sens ou dans un autre.
Pourquoi ont-ils été remplacés?
Présentant de nombreux inconvénients (lecture continue, maniabilité restreinte, peinture qui s’écaille, manque de place, …), l’ancêtre de notre bon vieux bouquin, le codex, prit rapidement sa place dès le 1er siècle après Jésus Christ et prédomine dès le 4ème siècle. Il s’agit de la première révolution dans le monde de la lecture ! Le lecteur peut enfin pratiquer une lecture sélective. A l’époque, on n’utilise pas du papier, cependant, mais bien le parchemin. Réalisé à l’aide de peaux de bêtes, le parchemin est très coûteux et difficile à fabriquer : épilée, tannée, effleurée, dégraissée, lissée, pliée puis découpée, la peau en voit de toutes les couleurs avant d’être remplie de scribouillages et d’enluminures bariolées par des copistes dont la vitesse de croisière ne rivalise nullement avec l’impression qui sera inventée près de 10 siècles plus tard.
Een, twee, drie, vier, hoedje van papier!
Deuxième petite révolution: dès la fin du 13ème, le papier apparaît comme alternative au parchemin (Enfin! Les chinois avait déjà pigé le truc depuis 10 siècles, eux). Le mot papier vient du terme papyrus, il en diffère toutefois par le matériau utilisé. Le papier, initialement fait à base de chiffons, voit sa fabrication décupler avec l’invention du moulin à papier de sorte qu’on finit par remplacer le chiffon (manquant) par d’autres fibres végétales (bois ou autre). En quoi est-ce révolutionnaire? Plus besoin de tuer un troupeau entier pour écrire une Bible! Et c’est pas plus mal, s’écrieront les amis des animaux, mais nous mettrons surtout en exergue que la mort de centaines de bestioles pour leur peau est surtout très peu rentable si on n’utilise pas le reste desdites bêtes…
Gutenberg, ce génie!
Imprimerie rime avec création et diffusion à gogo mais aussi démocratisation du prix du livre d’où plus de lecteurs, d’où alphabétisation et réforme! … A moins que ce soit le contraire, mais qu’importe, tout est lié (et la réponse est 42)! Les divers désaccords qui secouent l’Europe et les petits budgets obligent certains éditeurs et distributeurs à vendre leurs livres en cachette… Ce qui voit le format des livres se réduire de plus en plus (et puis pouf, disparu!). Il en va de même pour sa qualité : couverture en carton, peu d’illustrations, papier de seconde main… La tradition des beaux livres comme héritage n’a pas lieu d’être dans les familles pauvres (au moins quand il est trop abimé, le livre peut toujours servir à alimenter le feu!).
La lecture est presqu’à la portée de toutes les bourses. la Bible est dans toutes les chaumières. Mais est-ce toujours le cas maintenant (pour la Bible, pas la peine d’y réfléchir trop longtemps) ?
Point Deux nous offre donc un nouveau format papier, tachant de contrebalancer l’épidémie d’Ipad, alliant les avantages des rouleaux (lecture plus continue) et ceux du codex (meilleure protection, possibilité de lecture sélective et petit format). Marchera ou marchera pas? 
Il ne nous reste plus qu’à tester!
Tags from the story
Written By

I'm always curious about new things, I love learning and I'm a creative person. That means I need to use my creativity to feel good and happy. That's why I've created Culture Remains and my other website, Naïra.

3 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *