Le Majordome

Cecil Gaines fut majordome de la Maison Blanche durant sept présidences. Le film retrace l’histoire américaine et la vie hors norme de cet homme, témoin privilégié des tractations qui ont lieu au sein de la Maison Blanche.

Lee Daniels nous a habitués à ne pas faire des films grand public. Plus aseptisé que ses deux premiers longs métrages génialissimes « Precious » et « Paperboy », le film est soutenu par les frères Whiteman (on ne sera pas étonné de retrouver ce film aux Oscars). On peut parler de mélodrame à l’américaine, qui pointe du doigt la ségrégation faite aux afro-Américains. Un peu caricatural, manichéen, on sent le parti pris de l’auteur et sa vision extrême du mouvement des Black Panthers. La musique est trop présente, notamment les violons à chaque séquence émotion. Le titre n’est pas adapté au sujet, très peu de scènes du majordome à la Maison Blanche. C’est davantage un film autour de la famille et du rapport tumultueux d’un père avec son fils. C’est tout de même un joli film.

Coup de coeur: pour le jeu d’Oprah Winfrey.

Written By

Amoureuse de la culture, je parsème quelques critiques.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *