Rétro : Marina and the Diamonds au Cirque Royal

Marina and the Diamonds était en concert au Cirque Royal de Bruxelles fin février. Une date rajoutée à sa tournée initiale remplaçant celle initialement prévue en décembre mais qu’elle avait dû annuler pour des raisons familiales.  

Malheureusement pour ceux qui l’auraient ratée, aucune nouvelle tournée n’est prévue. Pas encore, du moins, car, vu le show qu’elle nous avait concocté, il est plus que probable que l’animal se reproduise sur les scènes belges bien assez vite !

Marina, ça a d’abord été un coup de cœur. On vous en avait parlé en 2012, envoûtés qu’on était par sa voix pour le moins particulière. Mais son revirement de bord nous avait un tantinet inquiété : cheveux blonds, musique plus électro, était-ce la fin de Marina telle que nous la connaissions ? 

Le concert à terminé de nous rassurer : Marina restera Marina. Cette jeune grecque à la voix de cantatrice, changeant de style en un claquement de doigt mais tout en gardant sa touche personnelle bien reconnaissable. C’est donc cela qu’elle nous a offert lors du concert du 24 février au cirque royal. 

Trois albums, trois parties, trois tenues, trois ambiances. Marina ne fait pas les choses à moitié. La première partie est évidement un grand moment d’émotion avec The Family Jewels et ses premières chansons : Holywood, I am not a robot, Are you satisfied ? Et même si elle peine parfois à monter dans les aigus, la prestation reste appréciable, voire même impressionnante vu sa capacité à assurer justesse, ton, débit, robe kitch à paillette et tout cela sans sourciller, ou presque. 

Alors qu’on pensait avoir atteint le sommet du kitch, Marina revient pour la deuxième partie en combinaison rose (toujours à paillettes) et des oreilles de lapin. Ici les arrangements musicaux sont plus présents, pas de fausse note donc, mais du punch en veux-tu en voilà. Marina est chauffée et saute dans tous les sens, n’hésitant pas à exhorter les fans à chanter sa place. 

Last but not least, la troisième partie constitue l’apothéose, l’accomplissement. Une robe longue bleu nuit, toujours aussi pailletée que les deux précédentes, Marina se transforme en diva pour terminer son show en beauté et même si les chansons nous sont moins connues, sa présence scénique et son charisme nous transportent…

C’est sur cette touche de magie que s’achève le concert, programmé par le Botanique, réputé pour ses coups de cœur musicaux. En accueillant Marina, ils ne s’étaient pas trompés. Et la salle du Cirque Royal, ni trop grande, ni trop petite, cosy avec ses places assises était définitivement le meilleur endroit pour ce concert.

C’est donc le sourire aux lèvres que nous quittons la salle de concert, en espérant, pour ceux qui auraient manqué le phénomène, que Marina reviendra rapidement pousser la chansonnette dans notre plat pays.

Tags from the story
Written By

I'm always curious about new things, I love learning and I'm a creative person. That means I need to use my creativity to feel good and happy. That's why I've created Culture Remains and my other website, Naïra.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *