Michel Houellebecq – La carte et le territoire

« Si Jed Martin, le personnage principal de ce roman devait vous en raconter l’histoire, il commencerait peut-être par vous parler d’une panne de chauffe-eau, un certain 15 décembre. Ou de son père, architecte connu et engagé, avec qui il passa seul de nombreux réveillons de Noël. Il évoquerait certainement Olga, une très jolie Russe rencontrée au début de sa carrière, lors d’une première exposition de son travail photographique à partir de cartes routières Michelin. C’était avant que le succès mondial n’arrive avec la série des ‘métiers ‘, ces portraits de personnalités de tous milieux (dont l’écrivain Michel Houellebecq), saisis dans l’exercice de leur profession. Il devrait dire aussi comment il aida le commissaire Jasselin à élucider une atroce affaire criminelle, dont la terrifiante mise en scène marqua durablement les équipes de police. Sur la fin de sa vie il accédera à une certaine sérénité, et n’émettra plus que des murmures. 

L’art, l’argent, l’amour, le rapport au père, la mort, le travail, la France devenue un paradis touristique sont quelques-uns des thèmes de ce roman, résolument classique et ouvertement moderne. »

Plébiscité l’an passé, ce roman de Michel Houellebecq avait tout simplement piqué notre curiosité. Pas réellement fan des phénomènes médiatiques, il faut quand même, de temps en temps, se tenir au courant et pouvoir répondre par l’affirmative à la question récurrente qui nous attend à tous les coins de discussions mondaines: « Et celui-là, vous l’avez lu? ». Bref (non, je ne parle pas de l’émission qui cartonne en ce moment, non. Moi aussi j’utilise le mot « Bref », parf… souvent et j’en ai pas honte, na!). Après nous l’être procuré de manière plus ou moins frauduleuse (les plus curieux seront déçus car nous omettrons volontairement les détails), nous nous sommes plongée dans la lecture de cette petite briquette de 450 pages et nous devons nous avouer pour le moins… satisfaite !

Complexe et indolent, le livre nous ballade sans empressement dans l’univers de la création artistique dans son état le plus brut à travers la vie de Jed Martin, un personnage parfois un peu apathique et singulier mais pour le moins attachant. Descriptions détaillées et digressions peu communes sont monnaie courante dans ce récit d’une simplicité événementielle rarement égalée. Banalisant, humanisant tous ces êtres, somme toute, humains, qui en viennent à être reconnus pour la beauté – notion ô combien subjective! – de leur travail, Michel Houellebecq nous offre matière à réfléchir…

Sa narration pour le moins alambiquée rebutera probablement les habitués aux lectures simples et rapides mais les lecteurs plus aguerris ne pourront nier ou renier l’indéniable talent littéraire déniché sous cette plume. Une écriture tout en finesse, une acuité ferme et une expressivité franche sans pour autant être agressive. Ainsi, malgré un dénouement policier quelque peu étrange et pour le moins surprenant ainsi qu’une inégalité narrative sporadique, nous ne pourrions décemment lui contester le statut de très bon roman!

Et quand on sait que d’aucuns considèrent La carte et le territoire comme l’un des moins bons livres de Houellebecq, on se dit que la dégustation des secrets des Particules élémentaires doit provoquer au moins autant d’orgasme que l’ingestion de délicates gourmandises

Tags from the story
Written By

I'm always curious about new things, I love learning and I'm a creative person. That means I need to use my creativity to feel good and happy. That's why I've created Culture Remains and my other website, Naïra.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *