Mister Jamal comble Bozar

On vous l’a annoncé, Ahmad Jamal le grand était de passage à Bruxelles dans le cadre de sa tournée internationale. Après son étape londonienne, le jazzman américain s’est arrêté quelques jours dans la capitale belge, le temps d’une rencontre le mardi 28 janvier et d’un concert le mercredi 29 janvier; concert dans une salle Henry Leboeuf comble et comblée qui ne fut pas avare en standing ovation.

C’est que malgré le son infernalement fort, le show était édifiant. Passons la maestria pianistique du bonhomme portant beau ses 83 ans, avec une élégance et un humour prompts à séduire un large public. Passons cette incroyable joie de jouer qui fait plisser les lèvres tant le musicien semble heureux d’être là. Attardons-nous plutôt sur ces longues compositions, issues de son dernier disque, Saturday Morning, qui laissent la part belle aux solos improvisés des autres musiciens. Herlin Riley à la batterie, Manolo Badrena aux percussions, Reginald Veale à la contrebasse n’y sont pas allés de main morte et ont su occuper avec virtuosité l’espace laissé par un Ahmad Jamal princier, distribuant du doigt les instants solistes au gré de ses envies. Une alchimie toute organique émane de cet « ensemble », pour reprendre le terme du musicien de Pittsburgh, qui conchie l’utilisation plus spécifique de mots comme « trio » ou « quartet ». Et si le pianiste semble commander, il n’en reste pas moins à l’écoute, voire subjugué par les impros survoltées de ses compagnons.

Autant dire que les applaudissements ont rythmé les différents morceaux, compositions jazzeuses complexes tant que gros standards, Jamal combinant une éducation musicale jazz et classique, « comme tous les musiciens de Pittsburgh », aime-t-il à dire. Les bis ont eu raison plus d’une fois des quatre compères qui exécutèrent un attendrissant ballet d’enfilage et de désenfilage de veste, le tout avec un sourire désarmant.

Une très très belle soirée, donc, qu’on espère voir se renouveler d’ici peu.

Tags from the story
Written By

S. aime la bande-dessinée et le cinéma, les images qui parlent, quoi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *