Moderniteit, l’art à la belge aux Musées Royaux des Beaux-Arts de Bruxelles

Les Musées Royaux des Beaux-Arts de Bruxelles proposent en ce moment une exposition à ne pas manquer sur l’art moderne belge, Moderniteit à la belge. L’idée de cette exposition est de présenter les thèmes traités par les artistes de Belgique lors de la période moderne. Il s’agit de « montrer avec quelques œuvres l’extrême richesse des artistes belges », comme me le précise la guide de l’exposition. Point de grand déballage, c’est à travers un petite centaine d’œuvres issues de leur collection que le commissaire de cette exposition a souhaité montrer la multitude des points de vues.

Ainsi, plusieurs parties sont traitées autour d’une grande question : comment définir l’identité artistique belge ? Une introduction très intéressante tente de donner quelques réponses. Le sentiment d’appartenance à la Belgique passe donc par plusieurs éléments qui tous ont ce point commun : la volonté de se construire par une culture commune. Le territoire joue un grand rôle, de même que l’Histoire belge. D’où l’importance de peintures centrées sur le paysage ou sur des événements et personnages historiques.

Se construire un passé commun est un point d’ancrage de l’art belge. Ce qui explique que les artistes « ne cassent pas les murs », comme nous l’explique le guide. Etre moderne, c’est faire avec son époque sans pour autant renier la tradition.

Née avec Baudelaire à la fin du XIXème siècle, la Modernité représente un idéal qui reflète l’esprit fin de siècle. Face à l’effondrement des certitudes et des croyances, face aux questionnements et au pessimisme ambiant, les artistes belges donneront chacun différemment leur point de vue sur une société en perte de sens.

Cette exposition, qui crée des ponts entre les époques, les artistes et les pays, n’est pas sans résonance avec notre temps. A travers les sujets traités par les artistes de l’époque, les visiteurs pourront en tirer des pistes de réflexion. Sans tout vous dévoiler, car l’exposition mérite qu’on s’y déplace, voici quelques sujets, comme autant d’idées, qui y sont développés.

En travaillant des thèmes comme la ville, le déclin industriel, le portrait, la nature-morte ou la mer, les artistes belges de la Modernité questionnent l’héritage qui est le leur. Ils remettent en question les codes établis et laissent s’exprimer leur intériorité. Ainsi, si l’on prend l’exemple de la mer, elle sera tour à tour terrain de jeu et symbole de l’immensité, miroir des habitudes sociales ou du sublime, preuve de la conquête humaine ou signe de notre domination.

De nombreuses œuvres exposées sont très intéressantes et évocatrices. Il en ressort quelques points communs tels que l’amour de la matière, l’importance de l’écriture et de l’humour mais également une grande force lumineuse. La peinture belge, entre terre et lumière, entre image et mot, reflète inévitablement une certaine dualité.

Ce qu’on en conclut ? La Modernité belge est à l’image de son pays : dans l’antagonisme et l’altérité. On ne saurait en tirer de grandes théories mais plutôt cette simple vérité : l’art belge, sans cesse à la recherche de nouveauté mais toujours en lien avec son passé, cultive son esprit de compromis.

Si vous souhaitez approfondir cette réflexion sur la Modernité, sur l’art belge ou tout simplement pour profiter d’une collection épatante, Moderniteit à la belge a lieu jusqu’au 22 Janvier 2017 au Musées Royaux des Beaux-Arts de Bruxelles, 3 Rue de la régence, à 1000 Bruxelles -02 508 32 11.

Written By

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *