Mr Selfridge – le nouveau Downton Abbey?

Une agréable surprise

Je dois avouer que la lecture du résumé de Mr Selfridge ne m’a pas conquis. C’est lors d’une journée pluvieuse que j’ai décidé de lancer le premier épisode pour m’en faire une idée. Résultat: une excellente surprise, suivie d’un irrépressible binge watching. Mr Selfridge est une série qui a pour thème un grand magasin. Je sais, ça n’a pas l’air bien sexy et je vois déjà l’ennui poindre dans vos yeux. Mais laissez-moi une chance, parce que je peux vous assurer que cette série va vous surprendre. Premièrement, parce que même si Mr Selfridge n’est pas un documentaire historique, vous apprendrez plein de choses, à commencer par le développement d’un grand magasin et le comportement des consommateurs de l’époque. Imaginez, nous sommes à Londres, où le consumérisme, encore pleinement associé au mode de vie américain, est inconcevable en Europe. Mr Selfridge est, vous l’aurez compris, basée sur la vie réelle de Harry Gordon Selfridge. Américain de son état, il a importé à Londres une manière totalement inédite de faire du shopping (certains diront même de vivre) en ouvrant un magasin innovant et audacieux, qui existe d’ailleurs toujours aujourd’hui.

Une autre raison de regarder Mr Selfridge est sa ressemblance avec Downton Abbey. J’attire votre attention car j’ai en effet trouvé des aspects similaires dans ces deux séries. Surtout en ce qui concerne les magnifiques costumes, habitudes et évolutions. Même si les deux séries sont des drames du milieu du XXe siècle au Royaume-Uni, elles vous donneront une vision du monde de l’époque complètement différente.  

Mr-Selfridge1

Outre ces aspects “éducatifs”, on suit l’histoire de la famille Selfridge et des employés dans le grand magasin. Ceux-ci étant gérés comme une grande famille, dites-vous bien que l’intrigue et le drame sont au rendez-vous. Vous apprendrez ainsi –  si vous ne le saviez pas encore –  que l’amour prend différentes formes, parfois émouvantes, parfois frustrantes. Vous verrez que la vie ne suit pas toujours le cours qu’elle est supposée suivre. Mais vous découvrirez aussi des moments de bonheur pur, d’amour et d’amitié intègres. Pour les moins romantiques d’entre vous, les intrigues du monde des affaires, le développement du magasin et l’histoire d’autres personnages donnent envie de dévorer la série.

Quel casting!

On sait tous qu’un bon scénario ne suffit pas à faire une bonne série. C’est pourquoi on retrouve Jeremy Piven, le gagnant des Golden Globes, épatant dans le rôle de Mr Selfridge, un homme fort prétentieux, mais sincèrement bienveillant. Vous l’avez sans doute vu dans le film Entourage où il démontrait déjà son talent d’acteur. Mais que serait-il sans la touchante Frances O’Connor, nominée pour deux Golden Globes? Elle endosse brillamment le rôle de la femme de Mr Selfridge, et fait passer beaucoup d’émotions dans son regard. Elle apporte de réels moments de joie, mais aussi de tristesse, ce qui m’a fait ressentir une vraie empathie pour elle. Le fait de ne mentionner que ces deux acteurs (qui sont les plus connus) ne rend pas justice aux autres. En effet, tout le casting est impressionnant!

D’un point de vue plus technique, la série se divise en quatre saisons au total, de dix épisodes de 52 minutes chacune. Elle a été créée par Andrew Davis (qui a également écrit la version UK de House of Cards) et est basée sur le livre de Lindy Woodhead, Shopping, Seduction & Mr Selfridge. Le premier épisode a été diffusé en janvier 2013 et la série se poursuit encore.

Les deux premières saisons sont disponibles sur Netflix. Il est possible de les regarder en français mais s’il vous plaît, n’en faites rien, vous manquerez ces jolis accents anglophones qui lui donnent toute sa saveur.

Traduit de l’article Mr Selgridge écrit par Sam Glexco

Tags from the story
Written By

Coordinatrice éditoriale pour Culture Remains, j'use aussi de temps à autres de ma plume. Culturellement plutôt classique, je reste toujours ouverte à d'autres horizons.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *