My name is Clear… Nu Clear.

Nous vous avions déjà parlé de la Commission Européenne et de sa campagne publicitaire qui abordait les différents types d’énergie. Aujourd’hui nous revoici avec un sujet pas tout à fait différent : la sureté nucléaire. Un sujet important qui, cependant, ne nous effleure que très rarement. Mais… comment cela se fait-il ?

Premièrement parce que pour une partie de la population, l’énergie nucléaire reste quelque chose de nébuleux

Pour la plupart d’entre nous, il est le loin le temps des cours de physique qui nous contaient l’histoire de Marie Curie, de la radioactivité, de la fission et de la fusion, de l’Uranium, du problème des déchets radioactifs et des catastrophes de Tchernobyl et compagnie.

Deuxièmement, parce que concrètement, nous sommes tous convaincus que, de toute façon, on ne peut rien faire.

Tchernobyl, c’était il y a 27 ans déjà et à l’époque tous avaient été touchés, profondément marqués. L’énergie nucléaire, on n’en voulait plus… Et pourtant, en 2008, celle-ci produisait toujours 15% de l’électricité en Europe. Les raisons ? D’une part, il était tout simplement trop coûteux de tout arrêter d’un coup, d’autre part, 27 ans plus tard, les alternatives d’énergie renouvelables ne sont toujours pas satisfaisantes… Résultat ? Chacun fait à sa guise : alors que certains pays prévoient la construction d’autres centrales, d’autres travaillent à la fermeture de toutes leurs centrales d’ici 2020. Deux camps, deux mesures, ce qui aboutit à une publicité simple et sobre qui vous sensibilise à l’importance d’une réglementation stricte quant à l’usage du nucléaire. Oui mais… Quand bien même celle-ci nous met en garde et nous exhorte à avoir une opinion tranchée en faveur de notre propre sécurité. Nous sentons-nous réellement concernés ? Probablement pas.

Pourquoi ? Parce que les normes et les législations, les programmes et les projets européens ne sont que rarement mis en évidence et vulgarisés pour le citoyen lambda.

Conclusion : La sureté nucléaire, pour la plupart d’entre nous ça reste des responsabilités que nos dirigeants devraient, en effet, prendre très au sérieux – si tant est, toutefois, qu’on ne nous coupe pas l’électricité du jour au lendemain*, bien sûr !

Bref, une sensibilisation qui, si elle part d’une bonne intention, ne gratte peut-être pas assez profondément pour toucher concrètement son public… Dommage !

*Ou qu’on ne nous oblige pas à installer des panneaux solaires onéreux à nos frais.

Tags from the story
Written By

I'm always curious about new things, I love learning and I'm a creative person. That means I need to use my creativity to feel good and happy. That's why I've created Culture Remains and my other website, Naïra.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *