Comment je ne suis pas devenu moine – Mort & vif

Comment je ne suis pas devenu moine est un magnifique album autobiographique du Québécois Jean-Sébastien Bérubé. Celui à qui l’on doit déjà la série Radisson, composée de 4 tomes qu’il a réalisés par lui-même, adaptant l’autobiographie de Pierre-Esprit Radisson, un explorateur et colon occupant une place importante dans l’imaginaire collectif canadien, travaille à nouveau seul, cette fois-ci pour raconter sa propre histoire, tout en finesse.

Cet album raconte comment, passionné de bouddhisme, après plusieurs années passées à fréquenter un temple à Montréal, à en apprendre et en pratiquer les enseignements, tout en apprenant le tibétain, il s’est rendu au Népal, en vue de devenir moine et de découvrir le Tibet, un territoire sur lequel il a projeté ses  fantasmes et aspirations tout au long de son parcours spirituel et philosophique. À la recherche de lui-même et de quelque chose de plus grand, de plus signifiant, d’une pureté et d’une éthique plus grandes, on le suit dans ses rencontres, ses découvertes, ses visites de paysages à couper le souffle, de temples et d’autres lieux marquants de la culture tibétaine.

Avec un trait empreint de justesse et sans couleurs, il emmène le lecteur dans ses pas, au fil de ses questionnements et de sa désillusion progressive, lui fait découvrir le Tibet occupé par la Chine, la pauvreté, la bassesse des hommes, même de ceux supposés sages et éclairés, les contradictions des uns et des autres. Cette collection de situations vécues permet de finalement comprendre comment Jean-Sébastien Bérubé a fini par renoncer au fait de devenir moine. Ce voyage n’aura pourtant pas servi à rien, puisqu’il semble lui avoir permis de finalement trouver ce qu’il cherchait, sans vraiment se l’admettre, et qui semble toucher au sens profond de la vie.

Comment je ne suis pas devenu moine est un album personnel, sincère, touchant, dans lequel le lecteur est invité à s’immerger dans un univers peu connu auquel il accède ici par l’envers, le découvrant dans toute sa complexité. Même sur les terres de Bouddha, rien n’est jamais tout noir ou tout blanc. Un album de grande qualité, qui a tout pour plaire à un large public, au-delà des seuls passionnés de BD ou du Tibet.

Comment je ne suis pas devenu moine, de Jean-Sébastien Bérubé, Futuropolis, 240 p., 29 €. ISBN : 9782754816762.

Dans Mort & vif, Jef Hautot et David Prudhomme (qui avaient déjà signé ensemble Port Nawak, en 1999) proposent un album grand format qui plonge le lecteur au cœur de la vie de merde de Philippe « Flip » Moline, ouvrier à l’usine Deleter & Fils connue pour fabriquer des ouvre-boîtes et des clés à sardines. Lorsque ce personnage, anti-héros atypique de l’album, rentre chez lui, il apprend que Patricia l’a quitté, alors même qu’il s’investissait corps et âme dans la construction d’une tour Eiffel miniature à l’aide de clés à sardines volées à l’atelier. Détruit, brisé, il n’est littéralement plus que l’ombre de lui-même, un personnage noir aux yeux rouges qui se laisse porter par les événements et les rencontres tout au long d’un album complètement hallucinant et halluciné.

Mais quelle mouche a bien pu piquer les auteurs de Mort & vif ? Si l’ambiance est plus chape de plomb que partie de plaisir, cette atmosphère mortifère qui s’impose au lecteur et le récit d’une descente aux enfers apocalyptique et totalement foireuse tiennent la route et captent l’attention, façon thriller haletant, vécu en mode passif, à travers l’errance de Philippe, complètement à côté de ses pompes. Entre road movie, fresque sociale et récit policier, cet album expérimente et repousse à la fois les limites de la narration et du dessin. Tout à fait surprenant !

Mort & vif, de Jef Hautot et David Prudhomme, Futuropolis, 80 p., 19 €. ISBN : 9782754810234.

Tags from the story
Written By

Je n'aime pas parler de moi. Ce qui ne devrait pas être un problème vu que c'est peu probable que vous vouliez lire sur ce sujet. Par contre, j'aime bien écrire sur tout ce qui suscite ma curiosité, m'amuse ou m'interpelle. Parfois aussi les trucs que j'aime pas, pour vous mettre en garde, ou vous effrayer. Dur à dire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *