No body else au Théâtre des Martyrs

Une lettre au professeur Lee Strasberg, un carnet de chèque, une montre en diamants et platine, une minaudière… voilà quelques-uns des objets personnels de Marylin Monroe qui s’apprêtent à faire le tour du monde avant d’être vendus aux enchères à Los Angeles en novembre prochain, soit plus de 50 ans après sa disparition. C’est dire la fascination qu’exerce encore la star, personnage dont le mythe a été patiemment construit mais dont la fragilité semble, encore aujourd’hui, irrépressible, suffocante.

NBE2

Avec No body else, c’est justement l’intimité de Norma Jean Baker que l’on pénètre. Dans l’envers du décor, à l’arrière d’une scène de cinéma, la femme admirablement incarnée par France Bastoen, s’épanche, virevolte, se cherche, chante, se souvient. A quelques heures de sa mort, les images qui lui reviennent sont hétérogènes, et, alors que l’on s’active pour la réanimer en fond sonore, elle nous fait goûter la joie de l’adulation en Corée, partage les subtilités de la chorégraphie de There’s No Business Like Show Business et s’effondre, à la recherche d’une légitimité qu’elle s’imaginait trouver dans un Shakespeare dont elle se juge indigne. Dans son dernier voyage, on croise Yves Montand, mais aussi Joe DiMaggio, Arthur Miller, et Clark Gable, rencontré sur le tournage des Désaxés. On reconnaîtra aussi, de loin, les Kennedy, indissociables de son destin. Écorchée vive, guettant les signes de l’âge sur son corps (elle avait trente-six ans!), elle se livre, entière, à la fois complexée et exubérante.

NBE3

Dans ce portrait sensible et vivant de Marylin, c’est la vulnérabilité et la délicatesse de la femme qui sont mis en avant par la mise en scène dynamique de Dominique Serron. L’interprétation de France Bastoen, tout en subtilité et retenue, livre une facette touchante de la star, sans jamais verser dans le cliché ou la mièvrerie.

Les fans de Marylin, s’ils ne voient pas leur connaissance de la vie de la star éclairée d’un nouveau jour, auront le plaisir de retrouver leur idole le temps d’un spectacle. Les néophytes pourront quant à eux découvrir une personnalité haute en couleur, à la fois charismatique et percluse de doutes, et repartir avec des chansons –souvent méconnues – plein la tête. Pour tous les goûts, jusqu’à la fin du mois de mai au Théâtre des Martyrs!

 

No body else

Du 10/05 au 29/05/2016 au Théâtre des Martyrs

Mise en scène : Dominique Serron

Avec : France Bastoen

Assistanat à la mise en scène : Vincent Huertas

Scénographie et costumes : Christine Mobers

Photographe : Lydie Nesvadba

Coiffure : Raphaël R’Stylist

Maquillage : Julie Serron

Tarifs : de 10,50€ à 16,50 €

Durée du spectacle : 75’

Pour de plus amples informations : Infini Théâtre (production)

Tags from the story
Written By

Curieuse, spontanée, enthousiaste et exigeante, j'aime aller au théâtre et j'aime raconter ce que j'y vois, que j'ai aimé ou pas!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *