Nothing Rien Niks Nada

 « Rien ce n’est pas n’importe quoi! Rien ce n’est pas un petit peu. Rien, ce n’est pas « pas grand chose ». Rien c’est tout, c’est absolu et infini! Rien c’est l’origine de tout et l’aboutissement de tout! Rien, c’est la liberté! Se battre pour un petit rien! Vivre pour rien et faire ça pour rien! Rien, c’est le sens de toute création! A quoi sert la culture, à quoi sert l’art, à quoi servons-nous ? Nous ne servons à rien! Et pourtant, on a besoin de rien ! Enfin de ce rien… pour vivre… Si ça ne vous dit rien, ça vous dit déjà quelque chose! Dans son style comico-déchirant absurdo-romantico-panacho-tango-nihiliste, le Panach’Club présente sa nouvelle création, visuelle, sonore et totale comme une page blanche. « Nothing – Rien – Niks – Nada » pourrait aussi s’appeler « 2011, l’odyssée de l’espace vide », un hommage à Peter Brook et Stanley Kubrick, maladroit et naïf, certes, mais c’est le geste qui compte ! »
Parce que j’aime le néant, que le titre me fait penser à la pub de mobistar et par extension à une nouvelle mienne où j’usai de cette référence vaseuse, que l’Atelier 210 m’a, pour le moment, rarement déçu et qu’il y a Delphine Ysaye dont la prestation dans « Boomerang » m’avait énormément plu!
 
First of all, my mistake: No Delphine Ysaye in that play but whatever! Les autres comédiens du Panach’ Club suffisent largement!
Ensuite… Nous voici plongés dans une pièce pour le moins atypique, plutôt courte mais très expressive. En effet, nous sommes ici les spectateurs d’une incroyable performance (pour les éventuels adeptes du PPP,  ça ne signifie pas qu’on demande au public de parler, loiiiin de là). Sur la scène, ce ne sont plus des comédiens mais des corps en mouvement, ce ne sont plus des êtres humains mais de simples numéros, ce ne sont plus des individus mais des archétypes caractériels… Pour finir, ils ne sont plus rien, happés par  le monde actuel qui veut toujours aller vite, toujours plus vite mais qui, paradoxalement, passe la plupart de son temps à faire attendre ses citoyens. Tout nos opérateurs Mobistar sont occupés, veuillez patienter s’il-vous-plait… 

Rien ne nous est annoncé, rien ne nous est expliqué, ils laissent simplement le soin à notre hémisphère droit de profiter visuellement de la pièce tout en faisant travailler le gauche à la signification, le message qu’ils essaient de nous faire passer. Parce que le rien, absurdité sans nom, est partout,  rôde mais ne doit pas pour autant s’immiscer dans notre cervelet, le Panach’ Club nous offre la possibilité d’interpréter à notre guise leurs questionnements sur ce monde sibyllin.

Pas de points négatifs, donc? Peut-être ce manque d’ancrage dans le réel, le vrai, le vraisemblable, l’expliqué ou l’explicable leur feront perdre en cours de route une partie des spectateurs, trop terre-à-terre et cartésiens et on ne peut les blâmer. Sans indications, nous ne pouvons décemment pas savoir à quoi nous attendre et une partie de nous ne peut s’empêcher de guetter l’explication, l’arrivée du messie, celui qui offrira du sens à ce purgatoire pour le moins singulier. Les pourquoi restent donc sans réponses, occasionnant probablement quelques frustrations immuables et c’est bien dommage… Mais, à leur décharge, il n’est jamais aisé de garder les pieds sur terre lorsque la tête se perd dans les nuages et encore moins d’avoir un globe oculaire extrinsèque quand on est « à fond dedans ».

Louons donc cette prouesse théâtrale et recommandons-la aux cartésiens, à l’esprit en constante mutation à la perpétuelle interrogation, qui recherchent vainement le sens de vie perdu!

Du 11/03 au 02/04/2011 à l’Atelier 210.

Du Panach’ Club
Mis en scène: Eric de Staercke
Avec  le Panach’ Club

http://www.atelier210.be/

 

Tags from the story
Written By

I'm always curious about new things, I love learning and I'm a creative person. That means I need to use my creativity to feel good and happy. That's why I've created Culture Remains and my other website, Naïra.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *