Occident

« L’Occident s’emmerde alors il boit. Il aime regarder les morts à la télé. S’il est une femme il reste à la maison. S’il est un homme, il va au Palace avec son copain Mohamed. Au Palace, il y a des Yougoslaves. Les Yougoslaves sont doués pour les langues. Ils apprennent le français et cassent la gueule aux Arabes. Un jour, ils cassent même la gueule à Mohamed. C’est nu et cru comme un match de boxe. C’est drôle et effarant. Ça nous ressemble. »

Un couple se chamaille sans arrêt autour des mêmes niaiseries. Voici le tableau d’Occident, une satire embarrassante, à peine exagérée, qui évoque les ridicules dans lesquels tombe notre haute civilisation.

Le metteur en scène, Frédéric Dussenne, nous rend ce couple familier. Dès les premières répliques, on remarque qu’il a clairement travaillé le répondant. Il est vif, cru, agressif. Cela reflète la tension dans laquelle languit ce couple.

Dans ce ménage, lundi revient avec ses inévitables banalités. Après une habituelle beuverie, Monsieur Lui, ivre et lourd, rejoint sa femme dans la salle de bain. Comment la salue-t-il ? D’une façon évidemment courtoise : « Salope ! Putain ! Viens qu’je te bute ! ». Assurément le caractère même d’un mari sale, facho, impuissant. Sa femme a raison lorsqu’elle émet en retour toutes ces épithètes. Chaque jour, quand il rentre vacillant et poivré, il débite l’air fier ses préjugés. Il déteste les Yougoslaves et les Arabes, malgré son ami Mohamed. Sans doute, est-il tellement raciste qu’il se hait même à l’étranger !

Comment supporte-t-elle cette ignorance incarnée ? Elle attend… Elle attend un miracle… Elle croise les bras, assise, l’apparence molle, l’œil morne, et répond à son mari les mêmes imbécilités, quoiqu’elle cherche parfois à le mettre devant ses propres sottises, ce qu’il n’aime guère , ne pouvant se défendre qu’avec une menace : « J’vais t’étrangler ! »

Monsieur Lui est extrêmement hypocrite. Témoin la scène où Madame Elle invente qu’elle l’a fait nombreuses fois cocu. Que rétorque-t-il ? Il essaye une dernière ruse. Visage rouge et voix pleurnicharde, il répète : « Je t’aime ! ». Ah ! Vous croyez que vous parviendrez à raviver l’Amour, alors qu’elle devient une épouse languissante, vide, moqueuse, puisque vous montrez une connerie sans fond ?

Occident est notre loupe. Bien que cette courte pièce plaise au public, elle est effrayante, montrant jusqu’où l’Ennui peut nous attirer. Et sans doute n’a-t-il aucune limite. Elle est toutefois une vigoureuse critique de la civilisation dans laquelle nous sommes quotidiennement victimes de préjugés féroces. Occident ne transmet qu’une chose : Regardez cette médiocrité ? Gardez-vous d’y tomber !

Pendant toute la pièce, l’illusion du couple a fonctionné. J’ai cru qu’ils étaient conjoints, imprégnés totalement dans leurs caractères. Quand Philippe Jeusette entre, je pense aussitôt : « Curieux ! Il parait ivre ? A-t-il bu ? En tout cas, il en a l’air ! » Et Valérie Bauchau, dans son rôle d’épouse blasée, dominante, ferme et railleuse , détaille avec justesse sa physionomie.

Derrière leurs querelles enfantines, on sent tout de même une étincelle d’affection. Mais ils semblent incapables d’exprimer ce qu’ils ont au cœur, à moins qu’ils s’insultent. Toutefois, j’ose un reproche à l’auteur, Rémi De Vos. Vous avez poussé à l’extrême bassesse ces personnages. Votre pièce n’est faite que d’insultes dont je n’ai cité au commencement qu’une infime partie. Souhaitiez-vous montrer jusqu’où va leur sauvage bêtise ? N’y avait-il pas un autre moyen qu’avec ces invectives continues ? Vous conviendrez que Molière, Labiche, Rabelais emploient à profusion le persiflage, mais ils varient tout de même leurs dialogues. Le persiflage ne domine pas leurs spectacles… A moins que vous comptiez juste mettre sur les planches de pauvres âmes qui n’ont aucune nuance ?

Du 4/12 au 15/12/2012, au Rideau de Bruxelles au Théâtre Marni, 25 rue de Vergnies 25 à 1050 Bruxelles. Les prix sont entre 10 et 20 €.De: Rémi De Vos

Mise en scène: Frédéric Dussenne

Avec: Valérie Bauchau, Philippe Jeusette.

Plus d’infos sur le site du Rideau.

Written By

Journaliste basé à Bruxelles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *