Oedipe à la ferme

“La première tragédie grecque en milieu rural. Un spectacle plein d’œufs, de Grèce et de tragédie d’après Sophocle. Dans un décor de bottes de paille, Claude Semal et Ivan Fox racontent la fabuleuse histoire d’Oedipe avec des œufs, des poireaux et des poulets, sous les formes les plus diverses: music-hall, théâtre d’objets ou marionnettes, avec humour, poésie et fantaisie. Bien sûr, une tragédie, c’est tragique. Ne vous étonnez donc pas si, après avoir vu Manneken Pis dans les ruines gréco-romaines, Jocaste danser le sirtaki et un poulet se suicider, la Mort en souriant vient sceller le douloureux destin d’Oedipe.”

Face à Œdipe à la ferme, eh bien, on la ferme (sauf quand on pouffe – et je ne parle pas jeunes filles à la couverture vestimentaire inversement proportionnelle à leur couverture faciale, non). Parce que Claude Semal qui nous parle de la Grèce (mais pas que de sa graisse car cette belle nation ne se résume pas à l’huile d’olive, au petits os et aux pittas, non) et du côté plutôt coriace de ses mythes (sales bêtes, celles-là), c’est tellement tordant que ça nous en bouche un coin (et peut-être même deux, dans notre grande mansuétude).

Commençant par une introduction plus que pertinente et pleine d’humour sur le pays de la philosophie, Claude et son compère Ivan, se jetant l’œuf – euh, la patate chaude – comme s’ils avaient fait ça toute leur vie durant, divergent très naturellement sur l’un des chants de bouc les plus « famous » de l’histoire de l’humanité : Œdipe et son complexe

Et voilà que, sans crier gare, on se retrouve dans un spectacle aux multiples accessoires, aux rôles interchangeables, aux marionnettes inventives et totalement burlesques. Un spectacle qui, en outre, mêlant savamment histoire, mythe et anecdotes est bourré de références, de jeux de mots et de clins d’œil.

Bref un spectacle riche et croquant qui se savoure, comme sa bière ou son jus de fruit, dans la salle du TTO, comme du petit lait (le mélange des trois n’étant pas conseillé, par contre).

Alors, qu’attendez-vous pour voir, revoir ou rerevoir le mythe d’Œdipe ? Après tout, ça ne fait jamais de (Se)mal !

Du 18/04 au 19/05 (du mercredi au samedi à 20h30) au TTO dans la Galerie de la Toison d’or à 1050 Bruxelles. Les places sont de 10 à 16 €.

D’après Sophocle

De et avec Ivan Fox et Claude Semal

Mise en scène: Diane Broman

Tags from the story
Written By

I'm always curious about new things, I love learning and I'm a creative person. That means I need to use my creativity to feel good and happy. That's why I've created Culture Remains and my other website, Naïra.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *