Oliver Py chante Miss Knife

« Miss Knife n’est pas un mais cinq, elle est une bande, plus que jamais dans cette nouvelle formation.Elle est piano, batterie, contrebasse, saxophone ou flûte, et voix. Du personnage de cabaret nous sommes arrivés à la chanteuse de music-hall et pour ce faire il fallait la puissance de musiciens hors pair, l’énergie jamais en défaut, l’élan d’une gifle ou la douceur d’une caresse de la main, des cinq doigts. De la scène, du jazz, du rock, du classique ou de l’électro ; Olivier Bernard, Julien Jolly, Stéphane Leach, Sébastien Maire ont goûté à tout pour savoir habiller de musique la Miss. Ils ne soutiennent ou n’accompagnent pas, ils jouent, et c’est la force du groupe qui fait briller le couteau de la Miss, qui lui donne la liberté et l’espace de son chant. »

Drôle de personnage que cette Miss Knife! On parle bien ici de personnage, car Olivier Py n’est travesti que pour pousser la chansonnette dans la peau de sa créature faite de strass.

Tout part donc d’une question post spectacle: Est-il gay ou non? … Enfin, d’abord, je vais vous parler de ce show, ô combien intrigant

En effet, déjà, se retrouver au théâtre face à quatre musiciens, c’est spécial. Rien de très intrigant, me direz-vous, sauf qu’après dix minutes (et l’arrivée d’une diva en mode boule à facettes), je me suis rendue compte que j’assistais en fait à un concert…

J’observe la scène très épurée: les musiciens sont de noir vêtus, Miss Knife scintille au centre et une ampoule (oui, j’ai dit ampoule) siège à gauche de la scène et s’amuse à s’éteindre et s’allumer au rythme de.. je ne sais pas quoi (Je ne comprends d’ailleurs toujours pas la raison de sa présence… – Olivier Py si tu me lis…) Ce n’est pas tout, une diva se doit au minimum un changement de costume, de là à cacher son second costume sous un habit de gorille peut laisser perplexe (mais fort souriant).

Où ai-je donc mis les pieds ?!

J’ai mis les pieds dans un cabaret où Miss knife avec son magnifique organe nous déballe sa thérapie (par organe, entendons-nous, je parle bien sûr de sa voix)! Telle une drag queen assumée, elle s’alcoolise et se débarrasse de ses apparats nous dévoilant un(e) être touchant, touché, déroutant, dérouté enfin, très simplement et très justement, envoûtant. Elle est généreuse Miss Knife, elle partage ses malheurs et ses désillusions avec un sourire inébranlable. Et, entre le centre de la scène et son tabouret près du piano, elle nous gratifie de quelques pas de danse au déhanché suggestif n’oubliant jamais ses acolytes à qui elle laissera la place d’exister pleinement. Nous passons donc de chanson en chanson dont chaque présentation est un moment hilarant et d’intervention avec le public (bah oui Miss Knife est une curieuse dame d’humour).

J’en reviens à ma question de départ: Gay?

Et bien non, à force de relecture du programme puis de recherche, j’ai bien du me rendre à l’évidence: Je n’avais pas une folle tante face à moi.

Olivier Py est en fait un personnage assez illustre du monde du spectacle français et Miss Knife est une de ses créations, un de ses rôles. Monsieur est donc dramaturge, metteur en scène, comédien et réalisateur, sans oublier sa participation à de nombreux opéras (haaaaaa, ça vient de là, la voix!). Notons qu’en prime, il est sollicité à la direction du festival d’Avignon à partir de 2013.

Un grand homme qui revêt les habits d’une fabuleuse dame pour nous offrir un spectacle qui nous émerveillera les oreilles et nous rendra le sourire pour quelques heures (tout en nous laissant perplexe… Car, enfin, pourquoi l’ampoule?. …Pourquoi?)

Textes : Olivier Py

Musiques : Stéphane Leach 

Avec : Olivier Py (chant), Julien Jolly (batterie), Olivier Bernard (saxophone, flûte), Stéphane Leach (piano), Sébastien Maire (contrebasse)

Partie en tournée, voici les prochaines dates de Miss Knife:

En 2012

27.11 – Marseille (FR)
28.11 – Vienne (FR)
04.12 – Sartrouville (FR)
05 au 07.12 – Lausanne (CH)
11.12 – Mulhouse (FR)
14.12 – Orléans (FR)
21.12 – Toulon (FR)

En 2013

28 et 29.03 – Toulouse (FR)
09.04 – Colombes (FR)
12.04 – Florange (FR)
30.04 – Nice (FR)
15 et 16.05 – Saint-Etienne (FR)

Plus d’infos sur le site des Visiteurs du Soir.

 

Tags from the story
Written By

2 Comments

  • L’ampoule est un motif recurrent chez Py, mais en réalité, cela n’en est pas une, c’est une servante.
    Il y a de nombreuses années, Py s’était fait connaitre par le biais d’une pièce qui durait 24h et qui s’intitulait « la servante ». C’était très beau, loufoque, plein de surprises, comme Olivier Py en somme.
    Et si vous ne savez pas ce qu’est une servante au théâtre, je vous laisse un peu chercher quand même ^-^

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *