Olivier Terwagne, mélanco-rire sublime, référencé et irrévérencieux

Il y a des petites surprises qui se savourent. Le premier album solo du chanteur-auteur-compositeur Olivier Terwagne, Mnémosyne, en est incontestablement une. Tour à tour drôle, émouvante, entraînante, cette grande entrée dans le monde de la chanson en français et à la belge est un réel coup de cœur. Parmi les meilleurs albums de cette première partie d’année.

Olivier Terwagne, c’est un fou. Un fou de Brassens (qu’il chante dans son projet parallèle, Fragments de Brassens) mais des grands interprètes contemporains (Leclerc , Béranger et les autres). Olivier, c’est un poète dans des temps où ceux-ci se font rares, et encore plus dans le monde de la chanson. Les maudits ne sont plus, depuis des lustres, mais le Couvinois Olivier Terwagne est un homme de paroles, de lettres, de beaux mots, aussi. Mais également de sons et d’accords, quand la poésie réussit à se faire musique, avec une grande élégance. Melting pot de thèmes et de voyages poétiques, c’est avec une réelle patte et une originalité folle à encourager qu’Olivier Terwagne se dévoile.

Bien sûr, il y a la chanson qui l’a fait connaître (avec un clip dingue et burlesque à souhait): Tweet sur seins trompés. Une variation originale autour d’une chanson mythique mais aussi et surtout des nouveaux moyens de rencontres, d’amourettes et plus si affinités. Des paroles hilarantes qui dessinaient déjà clairement une personnalité hors norme, décalée et une identité profondément créative et originale.

Ce qui ne fait que se confirmer au fur et à mesure de l’écoute des 15(!) pistes de Mnémosyne qui tire son nom de la Titanide du même nom qui, selon la mythologie grecque aurait inventé les mots et le langage. Un titre drôlement bien vu tant Olivier ne laisse rien au hasard dans les mots qu’il choisit, complexes et beaux. Olivier fait dans la rareté, bien loin des chansons faciles qui soufflent le hit et le tube sur nos radios.

Adepte de jeux de mots et de calembours très réussis, Olivier fait ainsi son bout de chemin entre un Désert du trop tard, un Hiver à Forges et l’amer et vitriolé soleil des Diables Rouges au Brésil sur Banana Splitsing, dressant le bilan de l’après-Coupe du monde. Référencé mais… irrévérencieux aussi, car Terwagne ne mâche pas ses mots, aussi beaux soient-ils, il ose la critique par le surréalisme et la belgitude. Politique, fric et frites, tout est susceptible d’y passer. La sensualité et le coquin gracieux aussi, puis la mélancolie et la nostalgie dans ce qu’elles ont de meilleur (La vie est un long deuil tranquille, Je voudrais encore, Le cœur sale, un Tonton dans la veine des meilleurs Renaud, l’émotion à fleur de peau).

Banana Splitsing en version avant Brésil…

et après Brésil

Mais si cet Olivier est un redoutable écrivain et interprète, c’est aussi un exceptionnel compositeur réussissant à faire coller ses mélodies à ses textes dans des arrangements amples, voluptueux et divins entre violon, piano, accordéon, contrebasse et indispensables guitares. Olivier Terwagne a donc tous les instruments et tous les arguments en mains et livre un album haut de gamme à écouter et réécouter, à voir en live et à soutenir!

Olivier Terwagne est sur Facebook et sur Soundcloud (avec plein de superbes reprises) ainsi que sur son site.

Prochains concerts:

Le 27 juin: Concert de présentation au Centre Culturel de Chimay

Le 25 juillet: Concert au Fest’in Haybes (France)

Les 3 et 5 septembre: Festival Brassens (Basdorf- Allemagne)

Les 23, 24, 25 et 26 septembre: La Samaritaine (Bruxelles)

Le 17 octobre: Centre Culturel Christian Colle (Couvin)

Du 13 au 15 novembre: Niedersäschsische Chanson Festival (Gottingen et Hanovre en Allemagne)

Le 28 novembre: La Ruche Théâtre (Charleroi)

Written By

Cultureux vorace et journaliste avide, je me promène entre découvertes et valeurs sûres, le plus souvent entre cinéma, musique et bandes dessinées mais tout est susceptible d'attirer mon attention :)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *