Opéra : Jenůfa de Leoš Janáček

Sally Matthews (Jenufa), Carole Wilson (Starenka)

Du 21 janvier au 2 février 2014, l’opéra de La Monnaie a accueilli et produit l’opéra Jenůfa de Leoš Janáček. Nous étions présents pour vous en parler.

Et si on allait à l’opéra ?

Disposant d’un budget étudiant loin d’être illimité, j’ai tenté le tout pour le tout en me lançant dans l’aventure « La Monnaie pour les fauchés ». Première étape, sélectionner le spectacle. Le choix s’est basé sur la rencontre d’un couple fraîchement sorti de l’opéra. Emerveillés par ce qu’ils venaient de voir, ils ont piqué la curiosité d’une amie. Une série de clics plus tard, nous étions sur le site de La Monnaie. Le premier constat concernera le plan proposé lors de la réservation. Les prix fluctuant en fonction des sièges, la logique voudrait qu’une place coûteuse soit gage de confort. En réalité, les choses diffèrent légèrement. Je vous conseille de vous rendre sur place afin de demander conseil. Et ce dans un souci de ne pas vous retrouver au premier pallier, la vue coupée par le dessous d’un balcon. Je m’estime néanmoins chanceuse. Mon amie avait un poteau en face d’elle.

Les deux premiers actes m’ont plongée dans l’imaginaire. N’ayant pas accès à l’écran diffusant les sous-titres, les dialogues entre les personnages se sont eux-mêmes transformés en musique. Bercée par la puissance vocale des chanteurs et la beauté des décors, j’ai recréé ma propre histoire. Loin d’être déçue par le spectacle, j’en ai savouré chaque instant. L’entracte aidant, nous avons finalement changé de places. Les personnes âgées ont parfois du mal à rester éveillées pendant les trois actes. Du coup, certains sièges se libèrent dans le parterre pour le plus grand bonheur des étudiants fauchés. Il faut savoir qu’une sorte de solidarité s’installe entre les personnes disposant de mauvaises places. On scrute la salle, on se file les bons plans. Finalement,une hôtesse nous a guidées vers la quatrième rangée du parterre. Quel plaisir de découvrir la scène dans son entièreté, de pouvoir profiter du spectacle dans son ensemble, d’avoir accès aux sous-titres. On parle souvent de l’accès à la culture. Force est de constater que mettre des places à disposition n’est pas suffisant. J’ai entendu dire un spectateur que nous payions la moitié du spectacle pour assister à la moitié du spectacle. C’est un concept qui se défend.

Mais venons-en à l’opéra ! Composé à la fin du XIXème siècle par Leoš Janáček, Jenůfa est un opéra en trois actes. Il s’agit d’un drame. D’une histoire tragique où Jenůfa, jeune fille étincelante au matin de sa vie, subit les foudres de la jalousie. Son enfant, fruit d’un amour défendu, et par conséquent illégitime, est tué par la sacristaine, sa belle-mère. L’opéra aborde les thèmes de l’infanticide, de la repentance et du pardon. J’aurais aimé que l’opéra ne s’arrête jamais. Regarder Jenůfa vieillir. L’accompagner dans chacun des moments de sa vie. En ce qui concerne les décors, l’opéra a la particularité de se partager entre tradition et modernité. Le premier acte se déroule dans un décor folklorique traditionnel. Les couleurs teintent la salle d’une atmosphère chaude. Il en va de même pour le troisième acte. Seule la deuxième partie baigne dans une triste ambiance orthodoxe. L’air semble glacial, l’appartement de Jenůfa est précaire. On est loin de la magnificence du premier acte.

Cette expérience m’a permis de me rendre compte qu’il était possible d’assister à un opéra à moindre coût. Malgré un choix de place hasardeux, j’ai réussi à me rapprocher de la scène et ce grâce à l’aide de l’ouvreuse. Si vous ne vous sentez pas à l’aise avec l’idée de débarquer à l’improviste à l’opéra, sachez que la Monnaie propose des abonnements pour les moins de 30 ans ! La Museum Night Fever, prendra place dans le musée le 22 février prochain. C’est l’occasion ou jamais de découvrir cette merveille du patrimoine bruxellois. Une institution bilingue pour le plus grand bonheur des amoureux de la Belgique.

Plus d’infos sur le site du Théâtre de la Monnaie

Victoria

Tags from the story
,
Written By

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *