Ou ça ma mort?

A peine la mort du grand leader terroriste est annoncée qu’elle fait la une de tous les journaux possibles et imaginables.  Normal, me direz-vous, c’est un événement à fêter au même titre que la naissance du petit Jésus ou la non-existence d’une cloche volante qui chie des œufs en chocolat au point qu’on ne peut pas tondre son gazon durant toute la fin avril et début mai avant d’avoir zieuté entre chaque herbe pour être sûr de ne pas tuer incidemment un poussin cacaoté qu’on aurait malencontreusement oublié.
Il faut l’avouer, on est toujours un peu content quand le joueur qui nous a battu à plate couture perd la face. Et vu mon niveau plus que mauvais au bowling, je ne pouvais décemment pas rivaliser avec son strike de 2001. Normal que toute la terre soit verte*.
Bref, voilà. Il parait que ça  y est. Et puis quoi? La moitié du monde s’en fout. L’autre moitié ergote sur la véracité des faits et les ministres de la défense de tous les pays du monde frisent la crise cardiaque face à toutes les démarches de prévention qu’ils doivent mettre en oeuvre en un temps record par peur d’éventuelles représailles.
« Et même que moi, mon papa, il est policier. Et si tu me tapes à la récré, il viendra te casser la gueule à la sortie de l’école. »
Tout ça pour dire que j’espère pour vous que votre père fait du body-building et de la boxe… Juste au cas où votre voisin se révèlerait être un terroriste en planque, parce que moi, dans ce cas-là, j’suis mal barrée (P.S.: je veux du lila sur ma tombe, je dis bien du lila. Laissez tomber les chrysanthèmes…).
* Quoi qu’avec la déforestation, la fonte des glaces, tout ça, elle risque de ne pas le rester longtemps, mais soit.
Written By

I'm always curious about new things, I love learning and I'm a creative person. That means I need to use my creativity to feel good and happy. That's why I've created Culture Remains and my other website, Naïra.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *